Glossaire

D’après Pomey P., Rieth E., L’archéologie navale, Editions Errance, Paris, 2005

 

Adent, n. m. : assemblage à l’aide d’entailles aménagées sur les faces oppasées de deux pièces de bois.

Agrés, n. m. : ensemble de tout ce qui concerne la mâture et particulièrement les cordages.

Allonge, n. f. : pièce de la charpente venant prolonger une autre pièce. En particulier, élément d’une membrure qui se situe dans le prolongement direct, ou indirect, de la varangue.

Anneau de cargue, n. m. : anneaux par lesquels passent les cordages permettant de replier la voile.

Barrot, n. m. : cf. bau.

Bau, n. m. : pièce de charpente transversale établie à une certaine hauteur du fond de la coque et destinée à maintenir l’écartement des flancs. Dans le cas d’une coque pontée, les baux servent également à supporter les bordages du pont.

Bordage, n. m. : planche constitutive du bordé située sur la face extérieure des membrures.

Bordé, n. m. : ensemble des planches (bordages) formant le revêtement extérieur d’une coque.

Brion, n. m. : pièce de charpente formant liaison entre la quille et l’étrave.

Calculs hydrostatiques et hydrodynamiques : calculs permettant d’estimer les performances théoriques du navire (vitesse, capacité, stabilité) selon diverses configurations.

Can, n. m. : tranche d’un bordage ou d’une planche.

Carène, n. f. : partie immergée de la coque.

Charpente axiale : ensemble composé de la quille, de l’étrave et de l’étambot.

Cheville, n. f. : tige de bois destinée à unir deux pièces.

Conception ‟ longitudinale sur bordé ” : les formes de la coque sont déterminées par la mise en place progressive des planches du bordé et ce dernier, une fois assemblé, constitue la structure portante de la coque.

Construction ‟ sur bordé premier ” : procédé de construction dans lequel, après la pose de la charpente axiale (quille, étrave et étambot), le bordé est assemblé en premier. Puis, mais ensuite seulement, les membrures sont mises en place. Ces dernières servent essentiellement de renfort.

Coque, n. f. : ensemble de la charpente d’un navire et de son revêtement extérieur. 

Couple, n. m. : pièce de la charpente transversale constituée de deux branches symétriques élevées dans un plan perpendiculaire à l’axe longitudinal de la quille. La disposition entre les différents éléments d’un couple (varangue, genou, allonges) varie selon les époques et les types de bâtiments : cf. membrure.

Écart, n. m. : assemblage, de forme variée (écart simple, à sifflet, à mi-bois, à crochet, en « Trait de Jupiter »…), entre deux pièces de la charpente longitudinale, de la charpente transversale ou entre deux bordages, qui se trouvent dans le prolongement l’un de l’autre.

Emplanture, n. f. : emplanture de mât : massif, rapporté ou intégré à la carlingue ou à une membrure, doté d’une cavité à l’intérieur de laquelle est logé le pied d’un mât.

Étambot, n. m. : pièce de charpente plus ou moins verticale ou inclinée, de forme droite ou courbe, fixée sur l’extrémité arrière de la quille.

Étambrai, n. m. : ou caisse d’étambrai, pièces de renfort disposées autour du passage du pied du mât pour le guider et le protéger.

Étrave, n. f. : pièce de charpente, plus ou moins inclinée, de forme droite ou courbe, assemblée sur l’extrémité avant de la quille.

Galbord, n. m. : premier bordage à partir de la quille.

Gournable, n. f. : longue cheville en bois employée pour fixer les bordages et la membrure.

Gréement, n. m. : ensemble de ce qui est nécessaire à la propulsion des navires à voiles (mâts, vergues, voiles, agrès, manoeuvres…).

Lest, n. m. : corps lourds disposés dans les fonds pour assurer la stabilité du navire.

Lisse de plat-bord, n. f. : latte établie entre l’étrave et l’étambot, recouvrant les têtes des allonges de sommet de la membrure.

Membrure, n. f. : 1. pièce de base de la charpente transversale dont la composition varie selon les époques et les types d’architectures ; 2. ensemble des membrures de la charpente transversale.

Moque, n. f. : pièce en bois, évidée au milieu, dans laquelle un cordage est passé.

Nage, n. f. : action, manière de ramer.

Pavois, n. m. : bordages de la coque situés au-dessus du pont.

Préceinte, n. f. : virure de renfort du bordé, plus large et plus épaisse que les autres bordages.

Quille, n. f. : pièce maîtresse de la charpente axiale de la coque d’un navire.

Râblure, n. f. : entaille aménagée dans les faces latérales de la quille dans laquelle est encastré le can inférieur du galbord. L’étrave et l’étambot peuvent être aussi dotés d’une râblure destinée à recevoir les extrémités (ou têtes) des virures du bordé.

Ribord, n. m. : virure du bordé faisant suite au galbord.

Tillac, n. m. : pont supérieur d’un bateau.

Tonture, n. f. : courbure convexe que l’on donne aux ponts en relevant les extrémités pour permettre à l’eau de s’écouler.

Varangue, n. f. : élément inférieur d’une membrure disposée perpendiculairement à l’axe longitudinal de la quille et sensiblement symétrique par rapport à cet axe. La varangue constitue la partie centrale de la membrure.

Vergue : Espar supportant une voile, le plus souvent carrée. La vergue antique est souvent constituée de deux pièces assemblées par le milieu.

Voile carrée : Voile rectangulaire située, au repos, perpendiculairement à l’axe du navire. La voile carrée est portée par une vergue.

Virure, n. f. : ligne de bordages allant d’une extrémité à l’autre de la coque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *