De voiles en conférences

Cet été 2010, l’équipe de PRÔTIS était « sur le pont » pour présenter le projet au grand public. Plusieurs conférences ont également été données par P. Pomey (Rotary club d’Aix-en-Provence, Voiles du Vieux Port, Salon du Patrimoine au Carrousel du Louvre) ou S. Marlier (Arelate) pour présenter PRÔTIS :

les Voiles du Vieux Port à Marseille, 17-20 juin, où le projet Prôtis avait un stand de présentation, avec la maquette du bateau Prôtis, ouvert pendant toute la durée de la manifestation

– les Journées du Patrimoine, 18-19 septembre

– le festival Arelate, 28-29 août

Présentation du projet PRÔTIS par P. Pomey (CNRS) dans le cadre des Voiles du Vieux Port lors d’un cocktail organisé par la mairie de secteur des 1er et 7ème arrondissements, en présence de son maire, P. Mennucci (Photo R. Sabouraud)
Présentation du projet PRÔTIS par S. Marlier au public du festival Arelate (Photo F. Denise)
Présentation des activités du bureau d’archéologie navale du CCJ et du projet PRÔTIS au festival Arelate (Photo Arkaeos/S. Marlier)
Présentation du projet PRÔTIS au chantier naval BORG, Marseille dans le cadre des Journées du Patrimoine (Photo Arkaeos/S. Marlier)
R. Roman présente le projet PRÔTIS à des collégiens de Marseille (photo Arkaeos/S. Marlier)

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

Prologue

L'arrivée des phocéens à Marseille. Fresque de Poulain. Doc. musée histoire Marseille

Il y a 2600 ans, Prôtis et ses compagnons, après avoir longuement parcouru les mers depuis Phocée en Asie mineure, mouillaient leurs navires dans les eaux abritées du Lacydon. Du mariage de Prôtis avec Gyptis, la fille du roi local des Ségobriges, Nannus, allait naître Masssalia, la cité phocéenne, la plus ancienne ville de France.

Fondée par des hommes venus de la mer, Marseille affirmera tout au long de son histoire sa vocation maritime. La mer est son territoire et sa destinée : c’est de la mer qu’elle tire ses richesses et c’est sur elle qu’elle fonde sa réputation, comme le soulignaient déjà, dans l’Antiquité, Hérodote et Strabon.

2600 ans plus tard, les fouilles de la place Jules-Verne faisaient revivre ce passé maritime le plus ancien en mettant au jour, au milieu des vestiges du port antique, les épaves des navires des petits-fils de Prôtis et Gyptis. On y trouve, symboliquement, un petit voilier de commerce qui fut l’instrument de l’expansion maritime de Marseille et une grande barque côtière utilisée pour la pêche au corail.

2600 ans plus tard, l’équipe d’archéologie navale du Centre Camille Jullian (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Université de Provence-CNRS), chargée de la fouille et de l’étude des épaves, conçoit un projet ambitieux : faire revivre et naviguer à nouveau ces bateaux construits au VIe siècle avant J.-C. par les descendants des premiers colons phocéens.

Plus qu’une simple reconstruction “à l’identique“, c’est un véritable projet d’archéologie expérimentale, fondé sur des bases scientifiques rigoureuses, qui est proposé. En liaison avec le chantier traditionnel de construction navale Borg établi à Marseille, l’équipe prévoit de construire des répliques navigantes des deux bateaux selon les procédés et les techniques de construction en usage à l’époque et en retrouvant les gestes et les savoir-faire des compagnons de Prôtis.

Mais pour que l’expérience soit complète, le projet prévoit aussi des navigations expérimentales au plus proche des conditions antiques afin de mieux connaître et d’évaluer les qualités nautiques de ces navires phocéens qui ont fait la réputation de Marseille sur mer.

Remontant 2600 ans d’histoire dans le sillage de Prôtis, la navigation de retour à travers la Méditerranée, depuis Massalia jusqu’à la cité mère Phocée, en Asie mineure, devient alors possible.

En 1899, Marseille fêtait fastueusement le 25e centenaire de sa fondation et des noces de Gyptis en accueillant dans le Vieux-Port des reconstitutions fantaisistes des pentécontores de Prôtis. Cent quatorze ans plus tard, Marseille a l’opportunité d’honorer dignement son titre de « Capitale Européenne de la Culture 2013  » en faisant naviguer des répliques authentiques de navires phocéens issues directement, cette fois, des vestiges des épaves antiques enfouies dans son propre sol.

Pentécontore 1899. Doc. musée histoire Marseille

C’est à ce projet ambitieux, présenté par le Centre Camille Jullian, que sont conviés tous les partenaires qui souhaitent renouer avec les origines mêmes de la cité phocéenne et s’associer à la renaissance de son patrimoine fondateur.

Patrice Pomey
Directeur de recherche émérite du CNRS,
Responsable du projet PRÔTIS.

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website