Une étape importante de la construction

20133456
Le chantier en pleine effercescence.

Avec l’achèvement du fond de carène une étape importante vient d’être franchie dans la construction du Gyptis. Après la pose des trois premières virures sur la charpente axiale, cette étape a conduit au contrôle des formes de la carène pour en vérifier la symétrie et corriger au besoin la géométrie des virures suivantes.

CCJ_0137108
Mise en place de la charpente axiale.

Pour en arriver là, la construction du bateau a débuté le 25 mars 2013 par la réalisation et la mise en place de la charpente axiale qui n’a pas posé de problème particulier. Puis, les bois nécessaires à la confection des trois premières virures ont été sélectionnés parmi la masse de bois disponible, stockée sur le terrain de la Marine Nationale, face au chantier naval Borg.

 

projet Protis, galbords
L’étuvage.

L’ajustage précis des trois premières virures a cependant rencontré des difficultés en raison du  ployage et du vrillage de leur extrémité. Il fallu pour cela recourir à l’étuvage pour ployer les bordages, puis à la flamme pour les ajuster. La plus grande difficulté fut atteinte au niveau des ribords (2e virures) dont l’ajustage des têtes dans les râblures s’est révélé particulièrement délicat. On atteint ici les limites du ployage des bois et il a fallu procéder à une succession de petits ajustages.

CCJ_0137019
Ligaturage entre la charpente axiale et les galbords
20133448
Stagiaire du lycée professionnel Poinso-Chapuis.

Une autre difficulté fut rencontrée au niveau du ligaturage entre la charpente axiale et les galbords qui s’est révélé relativement long et difficile en raison de la présence des joues de la quille empêchant l’utilisation d’une simple aiguille. Ce travail a bénéficié de l’aide de 3 stagiaires du lycée professionnel Poinso-Chapuis (Marseilleveyre). Le travail de ligature des virures suivantes s’est révélé beaucoup plus facile et a pu être effectué à l’aide d’une simple aiguille. Plusieurs étudiants de l’Université d’Aix-Marseille ont été affectés à la réalisation de ces ligatures.

L’ajustage des 3èmes virures s’est accompagné d’une légère ouverture des formes d’extrémité. Ce décalage, plus marqué à tribord qu’à bâbord, résulte vraisemblablement des différents ajustages ayant entraînés une succession de petits décalages. Néanmoins, cette légère ouverture des formes d’extrémités ne devrait pas beaucoup modifier la tenue à la mer du bateau.

20133554
La 3ème virure est entièrement en place.

Cette légère asymétrie de coque conduit cependant à rectifier et à retracer les virures supérieures et pour cela il a été nécessaire d’effectuer un relevé précis du fond de carène par relevé scanner. On notera que cette phase de contrôle de la carène, correspondant à la fin de la phase de réalisation des fonds, a pu être mise en évidence sur l’épave grecque archaïque Jules-Verne 9.

 

projet Protis, gabarits, membrures
Choix des bois pour les varangues par Pierre.

Parallèlement à ce travail, 7 varangues de fond sur 9 ont été réalisées avec les pièces de bois courbe provenant de la commune des Pennes-Mirabeau en vue de la consolidation des fonds et avant de procéder à la reprise de la suite du montage du bordé.

20133560
La 1ère varangue est installée.

 

À l’issue de cette étape, le 25 juin dernier, a eu lieu une réunion du Comité scientifique et technique qui a approuvé les travaux effectués et pris acte du calendrier prévisionnel. Selon ce dernier, il apparaît qu’en raison des problèmes rencontrés, le retard initial pris dans la mise en chantier ne pourra pas être comblé. Aussi, le lancement du bateau devrait intervenir entre le début et la mi-octobre.

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

More Posts

Comité scientifique et technique du 25 juin 2013

20133551

A l’issue de la première étape de la construction du navire correspondant à l’achèvement des fonds de la carène par la pose des trois premières virures (cf. “Une étape importante de la construction”),  le Comité scientifique et technique du projet Prôtis, chargé du suivi des opérations et de la validation des choix scientifiques et techniques, s’est réuni le 25 juin 2013 au Centre Camille Jullian (MMSH, Aix-en-Provence).

Après avoir pris connaissance de l’état d’avancement des travaux, des difficultés rencontrées et des solutions adoptées, le Comité a approuvé les travaux effectués et s’est prononcé favorablement sur les diverses solutions techniques proposées. Il a donné son accord pour la bonne réception des travaux et a pris acte du calendrier provisionnel.

Selon ce dernier, il apparaît qu’en raison des problèmes rencontrés, le retard initial pris dans la mise en chantier ne pourra pas être comblé. Aussi, le lancement du bateau devrait intervenir entre le début et la mi-octobre.

Un Comité de pilotage, réunissant les représentant des partenaires de la convention pour la réalisation du Gyptis a été fixé au jeudi 11 juillet au siège de l’Université d’Aix-Marseille au Pharo.

20133554

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

More Posts

L’inauguration de la mise en chantier du « Gyptis »

20133459Jeudi 13 juin à 16h00, a finalement eu lieu l’inauguration officielle de la mise en chantier de la construction du « Gyptis », à l’invitation du Professeur Yvon Berland, Président d’Aix-Marseille Université, et de M. Michel Vauzelle, Président du Conseil Régional Provence-Alpes-Côtes d’Azur, de M. Eugène Caselli, Président de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole, et de M. Alain Fuchs, Président du Centre national de la recherche scientifique. La cérémonie s’est déroulée en présence de M. Patrick Mennucci, Député-Maire du 1er secteur de Marseille. Soit les représentants des quatre partenaires de la convention pour la construction du bateau auquel s’est joint le Député-Maire du secteur qui, alors Vice-Président du Conseil Régional, fut l’un des premiers à soutenir le projet.

20133462Après l’accueil des personnalités, Patrice Pomey, directeur de recherche émérite (Centre Camille Jullian, AMU – CNRS), responsable du projet, en a rappelé les objectifs et l’historique et a remercié tous les acteurs et les collectivités qui en ont permis la réalisation. Ont ensuite pris la parole MM. Yvon Berland, Eugène Caselli, Younis Hermès, Délégué régional du CNRS, représentant le Président A. Fuchs, Bernard Morel, Vice-Président du Conseil Régional en charge notamment de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, représentant le Président M. Vauzelle et P. Mennucci. Tous ont souligné le caractère unique de ce programme d’archéologie expérimentale ainsi que son grand intérêt sur les plans scientifique, patrimonial et pédagogique. En outre, B. Morel a insisté sur l’importance que revêtait un tel projet pour la diffusion de la culture scientifique et technique auquel la Région est particulièrement attachée.

20133466

L’inauguration s’est déroulée sur les lieux même du chantier de construction et a réuni autour du bateau près d’une centaine de personnes qui ont pu, pour beaucoup d’entre elles, découvrir les techniques d’assemblages par ligatures en usage dans la construction navale grecque du VIe siècle av. J.-C. et utilisées à Massilia-Marseille lors de sa fondation par les colons phocéens.

Après la cérémonie officielle, un cocktail a été offert aux participants.

2013347920133483

20133472  Outre les membres de l’équipe du projet « Prôtis » et de nombreux membres du Centre Camille Jullian, du chantier naval Borg et de l’association Arkaeos, l’Université Aix-Marseille, le CNRS  la Région PACA et la communauté urbaine MPM étaient largement représentés. On a aussi noté dans l’assistance de nombreuses personnalités du monde des musées, de la mer et de la culture.

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

More Posts

Pour en savoir plus…

Hermary A., Hesnard A., Tréziny H. (dir.)
1999
, Marseille grecque. La cité phocéenne (600-49 av. J.C.), Éditions Errance, Paris.

Hesnard A.
1993
, Place Jules-Verne, dans Le Temps des découvertes. Marseille, de Prôtis à la reine Jeanne, Catalogue d’exposition, Musée d’Histoire de Marseille, Musées de Marseille, Marseille, p. 55-59.

1994, Une nouvelle fouille du port de Marseille, place Jules-Verne, Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, janv.-mars, Paris, p. 195-217.

Hesnard A., Moliner M., Conche F., Bouiron M. (dir.)
1999
, Parcours de villes. Marseille : 10 ans d’Archéologie, 2600 ans d’Histoire, Catalogue d’exposition, Musée d’Histoire de Marseille, Musées de Marseille/Éditions Édisud, Aix-en-Provence, p. 17-76.

Kahanov Y., Pomey P.
2004
, The Greek sewn shipbuilding tradition and the Ma’agan Mikhael ship: a comparison with Mediterranean parallels from the sixth to the fourth centuries BC, Mariner’s Mirror, 90.1, p. 6-28.

Pomey P.
1998
, Les navires grecs archaïques de Marseille, Marseille, revue culturelle, n° 185, p. 21-30.

1999 a, Les épaves grecques archaïques de la place Jules-Verne, dans Hesnard et alii (dir.) 1999, p. 34-35.

1999 b, Les bateaux grecs archaïques de Marseille, Les bateaux. De la trière aux voiles de course, Bibliothèque Pour la Science, Luçon, p. 6-13.

2002, Épaves Jules-Verne 9 et Jules-Verne 7, dans Long L., Pomey P, Sourisseau J.-Ch. (dir.), Les Étrusques en mer. Épaves d’Antibes à Marseille, Musées de Marseille, Éditions édisud , Aix-en-Provence, p. 121-123.

2005 a, L’architecture navale grecque du 6e au 4e siècle av. J.-C., dans M. Egloff, D. Ramseyer (dir.), Amphore à la mer ! Epaves grecques et étrusques, Laténium, Musée d’archéologie de Neuchâtel, Hauterive, p. 32-39.

2005 b, Epaves de la place Jules-Verne, Marseille ; Jules-verne 9 ; Jules-Verne 7, dans M. Egloff, D. Ramseyer (dir.), Amphore à la mer ! Epaves grecques et étrusques, Laténium, Musée d’archéologie de Neuchâtel, Hauterive, p. 84-85.

2005 c, Les épaves de la place Jules-Verne, dans M.-P. Rothé, H. Tréziny (dir.), Marseille et ses alentours, Carte Archéologique de la Gaule, 13/3, Paris, p. 364-366.

2005 d, Quand les épaves parlent. L’archéologie expérimentale, Le Journal du CNRS, 186-187, juillet-aout, p. 26-27. (H. Ponchelet d’après interview).

2006, Navires et construction navale, dans Marseille, de la grotte Cosquer à la grande peste, 27 000 ans d’histoire, Archéologia, 435, juillet-août, p. 49-51.

2009 a, Des bateaux cousus aux bateaux à tenons et mortaises. Un exemple d’évolution des techniques de construction navale, dans X. Nieto, M. A. Cau (eds.), Arqueologia Nàutica Mediterrània, Monografies del CASC, 8, Girona, 2009, p. 357-362.

2009 b, Archéologie navale et archéologie expérimentale : les modèles d’étude, les maquettes de restitution et les répliques navigantes, dans X. Nieto, M. A. Cau (eds.), Arqueologia Nàutica Mediterrània, Monografies del CASC, 8, Girona, 2009, p. 411-417.

2009 c, L’influence des techniques navales sur le contexte économique de la Grèce à la fin de l’époque archaïque, dans M. Wissa (ed.), The Knowledge Economy and Technological Capabilities. Egypt, the Near East and the Mediterranean, 2nd millennium B.C. – 1st millenium A.D., (Aula Orientalis, Supplementa, 26), Barcelone, 2009, p. 123-140.

Pomey P. (dir.)
1997
, La Navigation dans l’Antiquité, éditions édisud, Aix-en-Provence.

Pomey P., Hesnard A.
1
993 a, Les épaves romaines et grecques, dans Le Temps des découvertes. Marseille, de Prôtis à la reine Jeanne, Catalogue d’exposition, Musée d’Histoire de Marseille, Musées de Marseille, Marseille p. 59-62.

2005, Les navires du port grec archaïque de Marseille. De la fouille archéologique aux maquettes d’étude et aux images de synthèse, Archaeologia Maritima Mediterranea. An International Journal on Underwater Archaeology, 1. 2004, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, Pisa-Roma, p. 188-206.

2007,  Marseille, son port antique et les épaves de la place Jules-Verne, dans Henri-Maugiron B., Coeuré Ph., Clermont-Joly M., Duchêne J., Vaudaine P. Veysseyre P. (dir.), 2007. Sauvés des eaux. Le patrimoine archaéologique en bois. Histoire de fouilles et de restaurations, Grenoble, éd. Arc-Nucléart, p. 72-76.

Pomey P., Hiron X., Morel M.
2004
, L’épave Jules-Verne 9 de Marseille : de la découverte à la présentation muséographique, Conservation-restauration des biens culturels, Cahier technique n°13, ARAAFU, 2004, p. 43-48

Pomey P., Rieth E. (dir.)
2005
, Archéologie Navale, collection « Archéologiques », Éditions Errance, Paris.

Pomey P., Roman R.
2006
, L’apport des maquettes de restitution en archéologie navale, dans Archéologie Sous-Marine et Musée, Journée d’étude organisée par l’Association générale des conservateurs des collections publiques de France – Section Provence-Alpes-Côte d’Azur, mai 2006, Musée de l’Arles et de la Provence Antiques, Fage éditions, Collection Exos, Lyon, p. 60-67.

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

More Posts

Bibliographie indicative

Pomey P.

1995, Les épaves grecques et romaines de la place Jules-Verne à Marseille, Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, avril-juin, p. 459-484.

1997, Un exemple d’évolution des techniques de construction navale antique : de l’assemblage par ligatures à l’assemblage par tenons et mortaises, dans Garcia D., Meeks D. (dir.), Le Temps de l’Innovation, Actes du colloque International « Techniques et économies antiques et médiévales », (Aix-en-Provence, mai 1996), éditions Errance, Paris, 1997, p. 195-203.

1999a, Le port archaïque et ses deux épaves, dans Hermary A., Hesnard A., Trézigny H. (dir.), Marseille grecque. La cité phocéenne (600-49 av. J.C.), Éditions Errance, Paris, p. 47-49.

1999b, Les épaves grecques du VIe s. av. J.-C. de la place Jules-Verne à Marseille, dans Pomey P., Rieth É. (dir.), Construction navale maritime et fluviale. Approches archéologique, historique et ethnologique, Actes du Septième Colloque International d’Archéologie Navale (ISBSA 7), Ile Tatihou 1994, (Archaeonautica 14, 1998), Éditions du CNRS, Paris, 1999 p. 147-154.

2000 , Un témoignage récent sur la pêche au corail à Marseille à l’époque archaïque, dans Morel J.-P., Rondi-Costanzo C., Ugolini D. (ed.), Corallo di ieri. Corallo di Oggi, Atti del Convegno, Ravello, Villa Rufola, dicembre 1996 (Scienze e Materiali del Patrimonio Culturale 5), Éditions Edipuglia, Bari, p. 37-39.

2001, Les épaves grecques archaïques du VIe siècle av. J.-C. de Marseille : épaves Jules-Verne 7 et 9 et César 1, dans H. Tzalas (éd.) 2001, Tropis VI, 6th International Symposium on Ship Construction in Antiquity, Lamia 1996, Proceedings, Hellenic Institute for the Preservation of Nautical Tradition, Athènes, p. 425-437.

2003, Reconstruction of Marseilles 6th century BC Greek ships, dans C. Beltrame (ed.), Boats, Ships and Shipyards. Proceedings of the Ninth International Symposium on Boat and Ship Archaeology (ISBSA 9), Venice 2000, Oxford 2003, p. 57-65.

2010, De l’assemblage par ligatures à l’assemblage par tenons et mortaises. Introduction”, dans P. Pomey (éd.), Transferts technologiques en architecture navale méditerranéenne de l’Antiquité aux temps modernes: identité technique et identité culturelle, Actes de la Table Ronde d’Istanbul, mai 2007, Varia Anatolica XX, Institut Français d’Etudes Anatoliennes, Istanbul, 2010, p. 15-26.

2011, Les conséquences de l’évolution des techniques de construction navale sur l’économie  maritime“, dans W. Harris, K. Iara (eds.), Maritime Technology in the Ancient Economy : Ship-design and Navigation, Portsmouth, Rhode Island, 2011, (Journal of Roman Archaeology, sup. ser. n°84), p. 39-55.

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

More Posts

L’envers du décor

Après de nombreux épisodes, le projet « Prôtis » renaît et entre dans sa phase de réalisation avec la construction en 2013 de la réplique navigante, baptisée Gyptis, du bateau de l’épave grecque archaïque Jules-Verne 9.

Après avoir procédé en 2010, avec l’aide financière de la Région Paca et de l’Association Arkaeos à des approvisionnements en bois en prévision de la construction d’une réplique,  l’année 2011 a été marquée par l’inscription du projet dans la convention de partenariat du « Contrat de développement Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, 2011-2014 ». Le financement prévu pour l’opération (432 000 € H. T.) permettait alors la construction de la réplique navigante Gyptis de l’épave Jules-Verne 9 à la place de celle de l’épave Jules-Verne 7 prévue initialement. Cette dernière était plus grande mais aussi plus onéreuse.

Centenaire de Goethe : le porte plume : [photographie de presse] / Agence Meurisse

L’Université de Provence, Aix-Marseille I, a alors accepté d’assurer la maîtrise d’ouvrage du projet, mais la fusion des trois universités d’Aix-Marseille en une seule entité, accompagnée de la nécessaire mise en place de la nouvelle gouvernance, a bien naturellement retardé le projet. C’est finalement en 2012 qu’a pu être établi le montage final de l’opération autour de la convention de partenariat entre la région Paca, la communauté urbaine MPM, l’Université Aix-Marseille (AMU) et le CNRS, tous deux agissant conjointement au nom du Centre Camille Jullian (UMR7299) « Histoire et Archéologie de la Méditerranée et de l’Afrique du Nord de la Protohistoire à la fin de l’Antiquité », concepteur et responsable du projet sous la direction de Patrice Pomey, directeur de recherche émérite au CNRS.

Compte tenu du caractère unique et exceptionnel de la construction, la convention prévoit que l’AMU, en tant que maître d’ouvrage, passe un marché négocié auprès du groupement constitué par le chantier naval Borg, mandataire chargé de la construction, et l’association Arkaeos, co—traitant, chargé de la coordination de l’opération. La convention prévoit, en outre : un comité de suivi scientifique et technique, composé de personnalités reconnues pour leur compétence en archéologie navale et maritime, qui sera chargé de garantir et de valider le caractère scientifique de la construction ; un comité de pilotage, constitué par les représentants des partenaires de la convention, pour assurer le suivi du déroulement des opérations.

À la fin de l’année 2012, la convention et les financements prévus ont été validés par les partenaires.  Au total, les participations financières de la Région Paca et de la Communauté urbaine MPM s’élèvent à 452 000 € H. T., soit :

  • pour la Région Paca : 320 000 €, dont 300 000 € prévu à la convention de développement Région-Communauté urbaine et 20 000 € au titre de la valorisation scientifique ;
  • pour la Communauté urbaine MPM : 132 000 € prévu à la convention de développement Région-Communauté urbaine.

Aujourd’hui, le marché négocié est en cours de notification et la mise en chantier devrait intervenir pour la fin du mois de janvier 2013.

D’ici là, le programme prévoit de procéder aux aménagements du local de construction, aux compléments d’approvisionnement et aux premières expérimentations

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

More Posts

Le projet PRÔTIS renaît avec 2013

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, la nouvelle année et le lancement de Marseille-Provence, capitale européenne de la culture 2013, voient la renaissance attendue du projet Prôtis avec la mise en chantier de la construction de la réplique navigante, baptisée Gyptis, du bateau de l’épave grecque archaïque Jules-Verne 9 du VIe siècle av. J.-C.

Au cours de nombreux épisodes, l’année 2011 a vu l’inscription du projet dans le « Contrat de développement Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, 2011-2014 » assorti d’un financement permettant la construction de la réplique navigante Gyptis de l’épave Jules-Verne 9 à la place de celle de l’épave Jules-Verne 7 prévue initialement. Cette dernière était plus grande mais aussi plus onéreuse.

Puis en 2012, le montage final de l’opération a pu être mis en place avec l’établissement d’une convention de partenariat entre la région PACA, la communauté urbaine MPM, l’Université Aix-Marseille (AMU) et le CNRS, tous deux agissant conjointement au nom du Centre Camille Jullian concepteur et responsable du projet, et la constitution d’un groupement formé par le chantier naval Borg et l’association Arkaeos, tous deux chargés de la construction du bateau et de la coordination de l’opération.

Aujourd’hui, l’opération se met en place pour pouvoir procéder à la mise en chantier du bateau à la fin du mois de janvier 2013, l’objectif étant toujours de participer aux navigations évènementielles de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture, notamment lors des manifestations de « septembre en mer ».

Tous nos meilleurs vœux accompagnent le lancement du projet Prôtis

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

More Posts

L’assemblage des virures du bordé par “tenons et mortaises”

Le projet « Prôtis » est avant tout un programme d’archéologie expérimentale qui vise à comprendre, par l’expérimentation en grandeur nature, les procédés de constructions des anciens charpentiers navals grecs, leurs gestes techniques et leur savoir-faire.

Mais avant de procéder à la construction de la réplique navigante du navire de l’épave Jules-Verne 7, baptisé Prôtis, il convient tout d’abord de se familiariser avec certaines techniques anciennes aujourd’hui oubliées. Ceci afin de bien les appréhender et de bien les maîtriser avant de les utiliser à grande échelle.

Parmi ces techniques perdues, l’une des plus importante est la technique d’assemblage dite par « tenons et mortaises » utilisée pour la liaison des planches du bordé (bordages) constituant le revêtement de la coque. Il s’agit d’un assemblage à franc-bord – c’est-à-dire dans lequel les bordages sont assemblés bord à bord, sans recouvrement – qui utilise des clefs en bois (dits tenons) prenant place dans des mortaises taillées à cet effet. Les tenons sont ensuite bloqués par des petites chevilles de bois enfoncées dans l’épaisseur des planches pour verrouiller l’assemblage.

Système d'assemblage par tenons et mortainses
Schéma du système d’assemblage par tenons et mortaise (dessin M. Rival, CNRS/CCJ)

Cette technique d’origine très ancienne, sans doute phénicienne, a été utilisée par les Grecs à partir du VIe siècle avant J.-C. comme en témoigne l’épave Jules-Verne 7 où elle est employée pour la plus grande partie des bordés à l’exception des extrémités.

Détail d'un tenon sur l'épave Jules Verne 7
Détail d'un tenon sur l'épave Jules Verne 7 Détail d’un tenon d’assemblage du bordé de l’épave Jules-Verne 7. (photo CNRS/CCJ)

Les qualités de solidité et de longévité de cette technique la feront adopter dans toutes la Méditerranée antique au point de devenir l’une des caractéristiques essentielles de la construction navale antique gréco-romaine.

Pour bien maîtriser cette technique, mais aussi pour évaluer la résistance des bois aux déformations et la tenue des assemblages, une première expérimentation a été effectuée au chantier naval Borg dans le courant du mois d’octobre 2010.

Enregistrement vidéo par A. Chéné de l’expérimentation de l’assemblage par « tenons et mortaises » (photo L. Damelet, CNRS/CCJ)

L’expérimentation a porté sur l’assemblage de 3 bordages en pin d’Alep (L. 1 m ( l. 25 cm ( ép. 3 cm) à l’aide de mortaises disposées en quinconce d’un bord à l’autre des planches et espacées de 20 cm entraxe (prof. 7,5 cm ; ép. 0,5 cm).

Préparation entre R. Roman (CCJ) et Thierry Garval (chantier Borg) de l’expérimentation d’après les schémas d’assemblage (photo L. Damelet, CNRS/CCJ)

Ces mortaises ont reçu des tenons en olivier (L. 15  cm ( l. 4 cm ( ép. 0,5 cm) qui ont été verrouillés à l’aide de petites chevilles de blocage en olivier de forme tronconique (diam. int. 11 mm ; ext. 9 mm). L’enfoncement des chevilles se fait depuis l’intérieur de la coque.
Toutes les mortaises ont été taillées à la main au bédane. La taille d’une mortaise prend, en moyenne, 15 mn. Temps pouvant être réduit avec la pratique.

Réalisation des mortaises au bédane par Th. Garval (chantier Borg)Réalisation des mortaises au bédane par Th. Garval (chantier Borg)

Réalisation des mortaises au bédane par Th. Garval (chantier Borg) (photo L. Damelet, CNRS/CCJ)

Le percement des trous de passage des chevilles (9 mm) a été effectué au vilebrequin à défaut de disposer d’un foret à archer.

Les chevilles en bois, ou gournables, ont été taillées à l’aide d’une boîte à gournables permettant de passer d’une section rectangulaire à une section finale octogonale par rabotages successifs. La cheville prendra ensuite une fois en place une section sensiblement arrondie par contraintes.

Les différentes étapes de la réalisation d’une petite cheville de blocage tronconique de section octogonale (photo Ch. Durand, CNRS/CCJ)

Boîte à gournable pour donner à la cheville une forme tronconique par passage du rabot Boîte à gournable pour donner à la cheville une forme tronconique par passage du rabot Boîte à gournable pour donner à la cheville une forme tronconique par passage du rabot (photo Ch. Durand, CNRS/CCJ)

Une fois les éléments préparés, l’assemblage des bordages s’est effectué en insérant les tenons dans les mortaises du bordage en attente, puis en mettant en place, sur ces tenons, le bordage suivant. Le chevillage est intervenu ensuite bordage par bordage.

Insertion en force au maillet des petites chevilles de blocage des tenons. (photo Ch. Durand, CNRS/CCJ)

Il est à noter que le bois s’est bien comporté et ne s’est pas fendu lors des assemblages. Néanmoins, il convient de limiter le jeu des tenons à l’intérieur des mortaises pour éviter leur éclatement lors du passage en force des chevilles.

Vue de détail de l’assemblage final. Seules les têtes des petites chevilles de blocage des tenons sont visibles de part et d’autre du joint. (photo Ch. Durand, CNRS/CCJ)

Avec le temps, on constate aujourd’hui la bonne tenue des assemblages qui n’ont pas joué.
La suite de l’expérimentation consistera à mettre en place les membrures de renfort intérieur de la coque

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

More Posts