Valoriser le patrimoine maritime marseillais

La valorisation de 2 600 ans de patrimoine maritime

Archéologues navals et charpentiers de marine : le patrimoine maritime marseillais en partage

Bien qu’étant porteur d’une composante fondamentale de l’identité méditerranéenne, le patrimoine maritime marseillais est encore peu connu et souvent mal identifié. Pour les scientifiques, il est historique ; pour les artisans, il est vivant. Les uns en exhume les traces et en reconstitue méthodiquement l’évolution ; les autres en héritent, l’enrichissent et le transmettent. Mais tous, archéologues navals et charpentiers de marine, travaillent à sa sauvegarde. En partageant la connaissance qu’ils en ont – ou produisent – avec le public, ils contribuent aussi à le valoriser.

Le Jardin des Vestiges et le vieux port en arrière plan (Photo CNRS/CCJ, Damelet, Groscaux)

L’expérimentation en archéologie navale ou la valorisation de la culture scientifique

La très pertinente alliance que propose PRÔTIS entre culture savante et culture populaire présente l’archéologie dans toute sa modernité, mettant en lumière une discipline peu connue du grand public : l’histoire des techniques.

Présenté comme une aventure scientifique, technique et humaine, PRÔTIS permettra d’initier le grand public aux problématiques de l’archéologie maritime, tout en soulignant les capacités de recherche et d’innovation de cette dernière en tant que science humaine.

Un chantier « formateur » : la transmission des savoir-faire

Parmi les derniers dépositaires des savoir-faire de la construction navale traditionnelle marseillaise, le chantier naval Borg veille à la transmission de son fragile héritage.

Plusieurs apprentis seront donc formés dans le cadre original du programme d’archéologie expérimentale PRÔTIS. Ainsi, le regard que ces jeunes porteront sur leur futur métier s’approfondira, traversé d’un nouveau jeu de perspectives, patrimoniale, historique et scientifique.

Au-delà de PRÔTIS, les promesses d’un patrimoine en devenir

Les possibilités d’exploitation scientifique, pédagogique, touristique, etc. de PRÔTIS sont multiples. Mais elles vont toutes dans le sens de la valorisation du patrimoine maritime historique et vivant de Marseille et de son territoire, ainsi que de l’affirmation de son identité résolument méditerranéenne.

 

Les répliques navigantes Prôtis et Gyptis : tout sauf des bateaux fantômes…

Bien qu’en quelque sorte « ressurgies du passé », les répliques navigantes ne sont pas destinées à rejoindre les salles d’un musée, mais vouées à être utilisées et à naviguer, au-delà même de l’expérimentation.

Hormis le Kyrénia II, réplique navigante d’un navire grec du IVe s. av. J.-C. et l’Olympias, hypothèse flottante d’une trière grecque classique du IVe s. av. J.-C., il n’existe pas d’autres exemples de projets scientifique comparables en Méditerranée, alors que la Scandinavie s’en est fait une « spécialité » à partir des années 1960. Ayant montré tout l’intérêt scientifique de la démarche expérimentale en archéologie navale, les exemples scandinaves ont par ailleurs été couronnés d’un réel succès populaire, grâce à l’exploitation pédagogique des répliques par les musées d’archéologie, à l’exemple du Musée des Navires Vikings de Roskilde au Danemark.

Réplique navigante du navire viking Skuldelev (Photo S. Marlier)

Prôtis et Gyptis, ambassadeurs du patrimoine maritime de Marseille ?

Lors de leur construction et durant les phases d’essais en mer et de navigations expérimentales, les répliques seront enregistrées auprès des Affaires Maritimes selon la réglementation en vigueur concernant les navires à caractère historique.

Mais avant que soient terminés les essais en mer et les navigations expérimentales prévues par PRÔTIS, il faut songer au devenir des répliques et aux possibilités d’exploitation qu’elles offrent :

–  la poursuite de l’expérimentation, appliquée à la pêche et au transport léger ;

l’élargissement thématique et géographique des navigations expérimentales, pour Prôtis (réplique de Jules-Verne 7, navire de commerce), en relation avec l’histoire de la fondation de Marseille et de son développement maritime : Marseille et les fondations massaliotes vers l’ouest (Hyères, Nice, Antibes) et vers l’est (Agde et Empurias, en Espagne) ; Marseille et les fondations phocéennes de Corse et de Grande Grèce (Aléria et Vélia) ; Marseille, l’Étrurie et Rome ; Marseille et les colonies grecques d’Italie du Sud et de Sicile ; ou encore Marseille, Phocée et les cités mères de Grèce et d’Asie Mineure ;

–  la participation aux grands événements nautiques et patrimoniaux du type rassemblement de vieux gréements ;

–  la participation à des manifestations scientifiques, comme les colloques internationaux d’archéologie navale ;

–  le rattachement à un musée, autorisant des navigations pédagogiques qui proposeraient au public une approche sensible de la navigation antique et des conditions de vie et de travail à bord. Une telle approche complèterait judicieusement les modes plus classiques de diffusion des connaissances. La présence des répliques dans un port offrirait en outre une visibilité sans équivalent au musée, attirant de nouveaux visiteurs et promouvant efficacement la dimension maritime du patrimoine historique et vivant de la région.

Les comptoirs massaliotes de Méditerranée (Carte M. Bresciani d’ap. V. Dumas, CNRS-CCJ)

Le patrimoine en devenir que représentent les répliques Prôtis et Gyptis est un bien commun à partager, à préserver et à faire vivre ensemble.

Le Centre Camille Jullian invite ainsi la communauté des acteurs et des partenaires du projet PRÔTIS à poser dès maintenant les bases d’une réflexion commune concernant l’avenir des répliques.

Cette question devrait s’inscrire comme le premier axe d’une réflexion plus large sur la pérennisation des actions, des pratiques et des synergies que PRÔTIS aura générées tout au long de son élaboration et de son déroulement, participant à la valorisation du territoire qui l’a vu naître et à l’augmentation de son attractivité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.