L’envers du décor

Après de nombreux épisodes, le projet « Prôtis » renaît et entre dans sa phase de réalisation avec la construction en 2013 de la réplique navigante, baptisée Gyptis, du bateau de l’épave grecque archaïque Jules-Verne 9.

Après avoir procédé en 2010, avec l’aide financière de la Région Paca et de l’Association Arkaeos à des approvisionnements en bois en prévision de la construction d’une réplique,  l’année 2011 a été marquée par l’inscription du projet dans la convention de partenariat du « Contrat de développement Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, 2011-2014 ». Le financement prévu pour l’opération (432 000 € H. T.) permettait alors la construction de la réplique navigante Gyptis de l’épave Jules-Verne 9 à la place de celle de l’épave Jules-Verne 7 prévue initialement. Cette dernière était plus grande mais aussi plus onéreuse.

Centenaire de Goethe : le porte plume : [photographie de presse] / Agence Meurisse

L’Université de Provence, Aix-Marseille I, a alors accepté d’assurer la maîtrise d’ouvrage du projet, mais la fusion des trois universités d’Aix-Marseille en une seule entité, accompagnée de la nécessaire mise en place de la nouvelle gouvernance, a bien naturellement retardé le projet. C’est finalement en 2012 qu’a pu être établi le montage final de l’opération autour de la convention de partenariat entre la région Paca, la communauté urbaine MPM, l’Université Aix-Marseille (AMU) et le CNRS, tous deux agissant conjointement au nom du Centre Camille Jullian (UMR7299) « Histoire et Archéologie de la Méditerranée et de l’Afrique du Nord de la Protohistoire à la fin de l’Antiquité », concepteur et responsable du projet sous la direction de Patrice Pomey, directeur de recherche émérite au CNRS.

Compte tenu du caractère unique et exceptionnel de la construction, la convention prévoit que l’AMU, en tant que maître d’ouvrage, passe un marché négocié auprès du groupement constitué par le chantier naval Borg, mandataire chargé de la construction, et l’association Arkaeos, co—traitant, chargé de la coordination de l’opération. La convention prévoit, en outre : un comité de suivi scientifique et technique, composé de personnalités reconnues pour leur compétence en archéologie navale et maritime, qui sera chargé de garantir et de valider le caractère scientifique de la construction ; un comité de pilotage, constitué par les représentants des partenaires de la convention, pour assurer le suivi du déroulement des opérations.

À la fin de l’année 2012, la convention et les financements prévus ont été validés par les partenaires.  Au total, les participations financières de la Région Paca et de la Communauté urbaine MPM s’élèvent à 452 000 € H. T., soit :

  • pour la Région Paca : 320 000 €, dont 300 000 € prévu à la convention de développement Région-Communauté urbaine et 20 000 € au titre de la valorisation scientifique ;
  • pour la Communauté urbaine MPM : 132 000 € prévu à la convention de développement Région-Communauté urbaine.

Aujourd’hui, le marché négocié est en cours de notification et la mise en chantier devrait intervenir pour la fin du mois de janvier 2013.

D’ici là, le programme prévoit de procéder aux aménagements du local de construction, aux compléments d’approvisionnement et aux premières expérimentations

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

More Posts


Publié par

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

2 réflexions au sujet de « L’envers du décor »

  1. Bravo pour cette entreprise qui me rajeunit d’une quarantaine d’années! Je me souviens avoir travaillé sur cette étape essentielle (dans tous les sens du terme) que constitue la recherche des bois en forêt, et, quelques années plus tard, être tombé d’admiration en observant les coutures des virures sur les dows omanais, héritage de ces anciennes techniques d’assemblage. Si le projet a besoin de bénévole, je suis partant!!! En tout cas encore bravo et tous mes voeux pour que ce beau projet aboutisse dans les temps.

    1. Bonjour,
      Merci de vos encouragements. Et si vous n’êtes pas trop loin de Marseille, n’hésitez pas à passer nous voir sur le chantier ! Il sera bientôt ouvert au public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.