L’avancée de la construction du Gyptis au cours de l’été

Durant tout l’été, le chantier de construction du Gyptis est resté actif et a continué de tourner à plein régime sous la houlette de Pierre toujours fidèle au poste. Il a notamment reçu le renfort de Sammy Bertoliatti, charpentier de marine, ce qui a permis de conserver trois charpentiers en activité sur le chantier durant la seconde quinzaine d’août et à ainsi permis à deux d’entre eux de prendre quelques vacances. En outre, de nombreux bénévoles, étudiants ou non, sont venus apporter leur aide pour effectuer les ligatures d’assemblage des bordages.

01
Préparation et façonnage des varangues de fond à l’aide d’abaques (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/MU)
1
Préparation et façonnage des varangues de fond à l’aide d’abaques (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/MU)

Cette activité soutenue nous a permis de mener à bien la seconde phase de construction du bateau. Après l’achèvement de la première phase correspondant au trois premières virures du fond de carène et à leur consolidation par les varangues de fond, la construction s’est poursuivie par la mise en place des 4e, 5e et 6e virures, cette dernière correspondant à la première préceinte. Auparavant, un bau traversant, support des gouvernails latéraux, a été installé à l’arrière et assemblé à mi-bois sur la 5e virure et la préceinte. En outre, le massif d’emplanture du mât et la caisse d’étambrai, les allonges de varangues, les baux et les barrots de pont des tillacs avant et arrière ont été façonnés et sont prêts à être mis en place.

2
Mise en place et ligature des varangues de fond (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU)

Si la pose de la préceinte a été un peu plus longue que prévue, la préparation et le façonnage de l’emplanture et des éléments de la charpente transversale (allonges, baux) permettent de rester en phase avec le calendrier  et d’envisager le lancement du navire, à la date prévue du 12 ocobre.

6
Passage à l’étuve de la préceinte afin de permettre son ployage (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU)
07
Mise en place des chevilles de blocage des ligatures (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

Compte tenu de l’évolution de la construction, un certain nombre de légères modifications ont été apportées au cahier des charges techniques avec l’accord du Comité scientifique et technique. Ces modifications ont été les suivantes :

– Les 2 dernières virures (larg. unitaire 10 cm), restituées à partir des observations de l’épave Jules-Verne 7, et correspondant au pavois de la coque, ont été ramenées à une seule virure de pavois de 20 cm de largeur. Cette solution permet un gain de temps précieux, en divisant par 2 le nombre de ligatures.

– La position des baux a été légèrement réhaussée pour une meilleur position des rameurs.

9
Mise en place de la première préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)
10
Mise en place de la première préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

– Les écarts d’assemblage des préceintes (inconnues en l’absence de données conservées)  ont été réalisés d’après les observations de l’épave Jules-Verne 7 et adaptés à l’échantillonnage de l’épave Jules-Verne 9 . Ils reprennent, en plus simple, les écarts de la charpente axiale.

11
Assemblage de la première préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)
08
Mise en place du bau traversant, support des gouvernails (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

– Le bau traversant support des gouvernails et le bau d’appui de la caisse d’étambrai du mât ont été réalisés, respectivement, en chêne vert et en chêne caduc, contrairement aux autres baux réalisés en pin d’Alep, afin de leur conférer plus de solidité.

3
Préparation et mise en place de la caisse d’étambrai (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU)
5
Préparation et mise en place de la caisse d’étambrai (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU)

– Les tillacs (ponts d’extrémité) seront abaissés au niveau des baux pour une meilleure protection et affecteront un léger bouge.

Par ailleurs, en prévision de la phase finale de construction, certains équipements du navire ont été envisagés de la façon suivante.

Afin de poursuivre la tradition, remontant à l’Antiquité, qui consiste à déposer une pièce de monnaie “porte-bonheur” dans l’emplanture du mât, P. Pomey propose de placer une ancienne pièce grecque de 50 drachmes représentant, au revers, une pentécontore du 6è siècle av. J.-C. – donc contemporaine de notre bateau d’origine – et à l’avers, un portrait d’Homère.

Monnaie grecque représentant, à l'avers, le portrait d'Homère, et au revers, une pentécontore du 6è siècle av. J;-C. (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)
Monnaie grecque représentant, à l’avers, le portrait d’Homère, et au revers, une pentécontore du 6è siècle av. J.-C.  (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

Plusieurs ancres sont prévues dont deux en pierre avec croc (20 kg chacune) et une en bois avec jas en pierre (30 kg). Leur réalisation est basée sur l’observation de modèles contemporains de l’épave Jules-Verne 9 (épave de Giglio et Pabuç Burnu).

Un total de 870 kg de lest est prévu conformément au calcul de stabilité hydrostatique. Il se composera de galets de la Durance contenus dans des sacs de jute. Ces derniers seront disposés entre les membrures afin de pouvoir être déplacés en fonction du bon équilibrage du bateau

Pour la voile, il n’a pas été possible de trouver un modèle entièrement tissé de lin correspondant au grammage désiré (canvas 7). Elle se composera donc d’un mélange de lin (36%) et de coton (64%).

Les anneaux de cargue seront réalisés en bois, par l’équipe des charpentiers, tout comme les poulies, moques et autres articles de poulierie. Les pièces seront fabriquées d’après les modèles trouvés sur les épaves antiques (par exemple Kyrenia ).

Comme prévu, un mélange de poix et de cire d’abeille sera appliqué comme enduit interne et externe. Il devrait permettre de protéger la coque pendant les navigations expérimentales et côtières prévues en 2013.

La troisième et dernière phase de la construction comportant la pose de la virure de pavois et de la lisse de plat-bord, puis les allonges, les baux et barrots et les couples de revers ainsi que les planchers des tillacs vient de commencer.

12
Mise en place de la première préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

L’échéance approche vite mais l’équipe, très motivée, se mobilise pour achever la coque dans les délais prévus et permettre le lancement du navire à la date prévue du samedi 12 octobre 2013 à l’occasion de la Fête de la Science.

Il restera alors à finir le gréement, l’accastillage et l’équipement du bateau pour se lancer ensuite dans les premières navigations d’essais et de réglage qui auront lieu en rade de Marseille à partir de début novembre.

De nouvelles photos sont régulièrement mises en ligne dans la gallerie « Prôtis, au fil des jours« .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.