Charpentiers de marine : mode d’emploi

20133453

Breton élevé au Havre, Thierry Garval débarque à Marseille après l’armée et trouve du travail à la SMCM comme menuisier.  Passionné par les bateaux de bois, c’est avant 30 ans qu’il s’offre un «mourre de pouar»,  le bateau traditionnel  du pêcheur marseillais. Très jeune, il s’associe au fameux club nautique de l’Estaque : «Leïl Pescadou de l’Estaco» qui restaure des bateaux traditionnels à voile latine tel le Monté Cristo.

Mais c’est en Bretagne, à Saint Goustan dans le Morbihan qu’il part se former à la charpenterie de marine, pour revenir sur Marseille faire son stage au chantier Borg. Cela fait maintenant plus de 20 ans qu’il y travaille.

Bien que rompu aux techniques de la construction traditionnelle,  il s’étonne des pratiques inattendues  appliquées sur Gyptis : les coutures et leur solidité, la précision du tracé de d’exécution.  Et il apprécie particulièrement ce travail d’équipe riche de partage d’idées.

 

 

20133451

Amoureux des bateaux de bois et bon navigateur, à 30 ans José Cano, marseillais, décide de se former à la charpenterie navale et c’est au Lycée  professionnel des métiers d’art et de nautisme, le lycée Poinso Chapuis qu’il apprend les rouages de la profession. Il laisse derrière lui son métier de  mécanicien et technicien en matière composite, mais ce savoir-faire lui est précieux dans sa nouvelle voie.

Bateaux de pêche, yachts, voiliers de bois, barquettes et bettes (bateau de Marseille à fond plat) sont son lot quotidien. Et cela ne lui suffit pas, en 1978,  il  décide de construire son voilier « Le Lézard » un bateau de régate construit par le  peintre Gustave Caillebotte en 1891.

Sa place était toute trouvée dans le Projet Protis.  « Travailler avec des archéologues, retrouver et appliquer des méthodes de travail ancestrales est une expérience unique ».

 

 

projet Protis, tétraèdres, tracésAux alentours de la quarantaine, Pierre Jacot-des-Combes, marseillais, décide de changer de vie. De concepteur de lumière, il décide de devenir charpentier marin.

Après un CAP de  menuisier d’agencement qui lui permet d’acquérir de l’expérience dans le bois, il rejoint les « Ateliers de l’Enfer », à Douarnenez, pour commencer son apprentissage de charpentier naval. Il se forme ainsi aux techniques de la charpente traditionnelle et moderne et reste parfaire sa formation en travaillant dans un chantier naval de Bretagne.

Cela fait maintenant une dizaine d’années que Pierre a retrouvé la Méditerranée et travaille  dans les chantiers sur Marseille et sa région.

Pour lui, construire  une réplique navigante telle que Gyptis est une belle opportunité pour aller plus loin dans ses connaissances sur la construction navale traditionnelle.

 

 

20133468Nabil Mérabet aime les voyages. A 20 ans,  ce nancéien décide de prendre le large. Il part une année sur la Transat des Alizés, embarqué en bateau-stop sur un voilier «à la rencontre du monde».  Il apprend le matelotage, la cuisine, les réparations du bateau,  et la vie en collectivité. Il revient, piqué par le virus de la mer et décide de reprendre ses études.

De retour sur Nancy, il passe un CAP de menuisier-ébéniste et travaille pour acquérir l’expérience du bois. C’est à 26 ans qu’il décide de se former à la charpenterie de marine à Rochefort, ville de  l’«Hermione», la frégate de La Fayette.

Il fait ses armes  au Chantier Jean Claude Paraveau, à Marennes, architecte connu dans la restauration des vieux gréements. Et quelques années plus tard,  il descend sur La Ciotat  travailler au chantier H2X de Sébastien Grall,  connu pour ses belles innovations.

«Protis, c’est se mettre dans la peau d’un charpentier grec, c’est comprendre des techniques d’assemblage sans clous ni vis…»


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *