Episode 1 – Les approvisionnements en bois

accrocheFilm1ApproBoisL’idée de « mettre en boîte » le projet Prôtis s’est imposée dès le départ. Vous avez pu en découvrir des témoignages au fil des billets récents : la photo vient en appui à la description de chacune des phases techniques du projet. Réalisés par l’équipe de photographes du Centre Camille Jullian, ces clichés illustrent fort à propos les textes descriptifs des chercheurs.

Mais il manquait du mouvement ! Il est un complément que nous avons souhaité ambitieux : donner vie à ces moments et vous les faire partager. Ainsi, il est décidé très tôt la réalisation d’un film qui retracera le fil des expérimentations, la construction du navire et sa mise à l’eau. Une série de vidéos en constituent des premiers éléments. Pensée comme un feuilleton, la série ponctuera chaque étape clé du projet. L’ensemble est réalisé par Antoine Chené d’ORAC VIDEO, sous la direction de Patrice Pomey bien sûr, avec la complicité de tous les acteurs de Prôtis.

Voilà le premier opus que nous vous donnons à voir. Il porte naturellement sur l’approvisionnement du bois, depuis la sélection des arbres selon leur essence, leur taille et la forme de leur parties aériennes (tronc et houppier). Il montre le travail des élagueurs puis le transport sur le lieu de stockage. En attendant la suite…

Pour citer ce film :

  • Projet Prôtis, 1. Les approvisionnements en bois. Réalisation Antoine CHENE pour ORAC Vidéo ; sous la dir. de Patrice POMEY. Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, avril 2011.  Vidéo numérique format mov (5 min, 44 sec). [En ligne], mis en ligne le 9 mai 2011, consulté le [VOTRE DATE DE CONSULTATION]. URL : http://protis.hypotheses.org/322

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

Scier, étuver et stocker

Les billes de chêne et de pin d’Alep ont été acheminées à la Scierie Haut-alpine (La Bâtie Neuve, Hautes-Alpes) en mai et juin 2010. Sitôt réceptionnées, elles ont été sciées aux dimensions requises sur le banc d’équarrissage semi-automatisé de l’établissement. Le volume de bois disponible après les abattages a permis de doubler le sciage de la quasi-totalité des pièces de la charpente axiale. A l’issue du sciage, toutes les pièces sont été stockées à l’air avant d’être séchées à l’étuve.

Sciage des pièces destinées à l'étrave (© Ch. Durand, CNRS-CCJ)
Marquage des pièces selon leur destination. Indispensable pour s'y retrouver après les mois de séchage ! (© Ch. Durand, CNRS-CCJ)

A l’étuve, l’emploi d’air chaud et humide permet, à l’aide de tables de séchage qui sont fonction de la température, du taux hygrométrique du séchoir et de l’essence de bois, de diminuer progressivement le degré hygrométrique du bois. Chaque pièce a fait l’objet d’un séjour à l’étuve compris entre 10 et 15 jours au cours des mois de juillet et août 2010.

L'étuve de la Scierie Haut-alpine à La Bâtie Neuve (© Ch. Durand, CNRS-CCJ)

Une période dite d’équilibrage, aussi longue que le séchage proprement dit, a succédé au séchage sur le site de la Scierie Haut-alpine. De fait, étant donné que l’humidité résiduelle (15-18% h.r.) n’est pas uniformément répartie dans toute l’épaisseur du bois, il est important, afin d’éviter des tensions dangereuses, de ne pas travailler immédiatement le bois ; l’équilibrage s’est poursuivi jusqu’au départ des bois de la scierie.

A partir de novembre 2010, les bois ont été transférés au Chantier Borg où ils sont actuellement stockés à l’air et poursuivent leur séchage dans une atmosphère naturellement ventilée.