Episode 3 – Des vestiges au plan de construction

Comment, à partir des données recueillies pendant des fouilles, les archéologues ont-ils pu donner aux charpentiers de marine les éléments leur permettant finalement de construire le bateau ? La réponse dans ce 3e opus vidéo.

 

 

 

Pour citer ce film :

  • Projet Prôtis, 3. Des vestiges à la construction. Réalisation Antoine CHENE pour ORAC Vidéo ; sous la dir. de Patrice POMEY. Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, juin 2013.  Vidéo numérique format mov (9 min, 51 sec). [En ligne], mis en ligne le 28 juin 2013, consulté le [VOTRE DATE DE CONSULTATION]. URL : http://protis.hypotheses.org/1054

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

Charpentiers de marine : mode d’emploi

20133453

Breton élevé au Havre, Thierry Garval débarque à Marseille après l’armée et trouve du travail à la SMCM comme menuisier.  Passionné par les bateaux de bois, c’est avant 30 ans qu’il s’offre un «mourre de pouar»,  le bateau traditionnel  du pêcheur marseillais. Très jeune, il s’associe au fameux club nautique de l’Estaque : «Leïl Pescadou de l’Estaco» qui restaure des bateaux traditionnels à voile latine tel le Monté Cristo.

Mais c’est en Bretagne, à Saint Goustan dans le Morbihan qu’il part se former à la charpenterie de marine, pour revenir sur Marseille faire son stage au chantier Borg. Cela fait maintenant plus de 20 ans qu’il y travaille.

Bien que rompu aux techniques de la construction traditionnelle,  il s’étonne des pratiques inattendues  appliquées sur Gyptis : les coutures et leur solidité, la précision du tracé de d’exécution.  Et il apprécie particulièrement ce travail d’équipe riche de partage d’idées.

 

 

20133451

Amoureux des bateaux de bois et bon navigateur, à 30 ans José Cano, marseillais, décide de se former à la charpenterie navale et c’est au Lycée  professionnel des métiers d’art et de nautisme, le lycée Poinso Chapuis qu’il apprend les rouages de la profession. Il laisse derrière lui son métier de  mécanicien et technicien en matière composite, mais ce savoir-faire lui est précieux dans sa nouvelle voie.

Bateaux de pêche, yachts, voiliers de bois, barquettes et bettes (bateau de Marseille à fond plat) sont son lot quotidien. Et cela ne lui suffit pas, en 1978,  il  décide de construire son voilier « Le Lézard » un bateau de régate construit par le  peintre Gustave Caillebotte en 1891.

Sa place était toute trouvée dans le Projet Protis.  « Travailler avec des archéologues, retrouver et appliquer des méthodes de travail ancestrales est une expérience unique ».

 

 

projet Protis, tétraèdres, tracésAux alentours de la quarantaine, Pierre Jacot-des-Combes, marseillais, décide de changer de vie. De concepteur de lumière, il décide de devenir charpentier marin.

Après un CAP de  menuisier d’agencement qui lui permet d’acquérir de l’expérience dans le bois, il rejoint les « Ateliers de l’Enfer », à Douarnenez, pour commencer son apprentissage de charpentier naval. Il se forme ainsi aux techniques de la charpente traditionnelle et moderne et reste parfaire sa formation en travaillant dans un chantier naval de Bretagne.

Cela fait maintenant une dizaine d’années que Pierre a retrouvé la Méditerranée et travaille  dans les chantiers sur Marseille et sa région.

Pour lui, construire  une réplique navigante telle que Gyptis est une belle opportunité pour aller plus loin dans ses connaissances sur la construction navale traditionnelle.

 

 

20133468Nabil Mérabet aime les voyages. A 20 ans,  ce nancéien décide de prendre le large. Il part une année sur la Transat des Alizés, embarqué en bateau-stop sur un voilier «à la rencontre du monde».  Il apprend le matelotage, la cuisine, les réparations du bateau,  et la vie en collectivité. Il revient, piqué par le virus de la mer et décide de reprendre ses études.

De retour sur Nancy, il passe un CAP de menuisier-ébéniste et travaille pour acquérir l’expérience du bois. C’est à 26 ans qu’il décide de se former à la charpenterie de marine à Rochefort, ville de  l’«Hermione», la frégate de La Fayette.

Il fait ses armes  au Chantier Jean Claude Paraveau, à Marennes, architecte connu dans la restauration des vieux gréements. Et quelques années plus tard,  il descend sur La Ciotat  travailler au chantier H2X de Sébastien Grall,  connu pour ses belles innovations.

«Protis, c’est se mettre dans la peau d’un charpentier grec, c’est comprendre des techniques d’assemblage sans clous ni vis…»

Prôtis, au fil des jours

 

PROJET PRÔTIS

 

Loïc Damelet, Christine Durand et Philippe Groscaux, nos trois photographes  alimentent régulièrement la Galerie « Projet Prôtis » de la photothèque du Centre Camille Jullian (dossier « Prôtis, au fil des jours« ).

 

Revue de presse

Ils parlent du projet…

Art Provençal couv

Art Provençal p30

Revue Me Dison Prouvènço (Mon nom est Provence), n° 41,Octobre 2013

Marseille reconstruit un navire de l’Antiquité. In : La Croix [en ligne]. 09 août 2013. Disponible à l’adresse : http://www.la-croix.com/Actualite/France/Marseille-reconstruit-un-navire-de-l-Antiquite-2013-08-09-996562.                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Lancé en mars, le projet d’archéologie expérimentale Prôtis construit la réplique d’une embarcation du VIe  siècle av. J.‑C. avec les techniques de l’époque.
Prôtis, un programme d’archéologie expérimentale unique en France. In : Bulletin électronique de l’actualité scientifique [en ligne]. 07 août 2013. Disponible à l’adresse : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/73683.htm.

Le Gyptis naviguera-t-il 2600 ans après avoir sombré ? Interview de Pierre POVEDA. In : Marsactu/culture 2013 [en ligne]. 13 juin 2013. [Consulté le 14 juin 2013]. Disponible à l’adresse : http://www.marsactu.fr/culture-2013/le-gyptis-naviguera-t-il-2600-ans-apres-avoir-sombre-31448.html.

Il était un bateau, rongé depuis 2600 ans par les organismes marins au fond de l’eau. PierrePoveda, docteur en …

 

A Marseille, le pari fou de construire un bateau comme au VIè siècle avant Jésus-Christ. Une dépêche de l’AFP a été publié dans :

 

JT local 19/20 Marseille  – France 3 Provence-Alpes. In : France 3 Provence-Alpes [en ligne]. 13 juin 2013. [Consulté le 14 juin 2013]. Disponible à l’adresse : http://provence-alpes.france3.fr/emissions/jt-local-1920-marseille, ou en posdcast sur https://itunes.apple.com/podcast/france-3-19-20-provence-alpes/id285420504?mt=2

Marseille : le « Gyptis », un pavillon de 2 600 ans. In : LaProvence.com [en ligne]. 14 juin 2013. [Consulté le 14 juin 2013]. Disponible à l’adresse : http://www.laprovence.com/article/loisirs/2402108/marseille-le-gyptis-un-pavillon-de-2-600-ans.html.
Hier, la mise en chantier du navire a été inaugurée. Zoom sur 2 600 ans d’histoire.

Retour à la mer après des siècle. In : 20minutes.fr [en ligne]. 14 juin 2013. Disponible à l’adresse : http://www.20minutes.fr/marseille/1173505-retour-mer-apres-siecles

Marseille : l’épave grecque Gyptis bientôt remise à flot. In : LaProvence.com [en ligne]. 20 avril 2013. [Consulté le 25 avril 2013]. Disponible à l’adresse : http://www.laprovence.com/article/loisirs/2319100/marseille-lepave-grecque-gyptis-bientot-remise-a-flot.html.
De bon matin hier, l’odeur du bois à peine fendu a séduit tous les visiteurs de l’ancienne menuiserie située près du chantier naval Borg, lui-même niché dans une petite rue surplombant l’anse du Pharo.

 

 

Dans l’anse du Pharo, le Gyptis prend forme / C. Vaysse. In : Marsactu/culture 2013 [en ligne]. 13 avril 2013. n° 12 avril 2013. [Consulté le 15 avril 2013]. Disponible à l’adresse : http://www.marsactu.fr/culture-2013/dans-lanse-du-pharo-le-gyptis-prend-forme-30879.html.

Comment le projet Protis va redonner vie à « Gyptis » / P. Gallini. In : LaProvence.com [en ligne]. 21 octobre 2012. [Consulté le 6 février 2013]. Disponible à l’adresse : http://www.laprovence.com/article/actualites/2011840/comment-le-projet-protis-va-redonner-vie-a-gyptis.html.
Cette aventure scientifique constitue l’un des grands événements de Marseille Provence capitale de la culture 2013 : la réalisation d’une réplique navigante du bateau antique dont l’épave a été retrouvée en 1993.

POMEY, Patrice, 2011. Le projet« Prôtis » : un programme d’archéologie expérimentale pour la construction de deux navires massaliotes. In : Lettre d’information de l’INSHS [en ligne]. 2011. Vol. juillet 2011, n° 12, p. 4‑7.
Disponible à l’adresse : http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoINSHS_12.pdf.

Dossier de presse

Dossier de Presse juin 2013

Télécharger le Dossier de presse (en basse définition  4,2Mo ou haute définition 85 Mo)

SOMMAIRE

I. Présentation ………………………………………………….. 5
II. Montage du projet ………………………………………. 52
III. Présentation des partenaires ………………………. 74
IV. Espace presse …………………………………………….. 91

LE PROJET PRÔTIS

Il y a 2 600 ans, Prôtis et ses compagnons, après avoir longuement parcouru les mers depuis Phocée, en Asie   mineure, mouillaient leurs navires dans les eaux abritées du Lacydon. Du mariage de Prôtis avec Gyptis, la fille du roi local des Ségobriges, Nannus, allaient naître Massalia, la cité phocéenne, la plus ancienne ville de France.Fondée par des hommes venus de la mer, Marseille affirmera tout au long de son histoire sa vocation maritime. La mer est son territoire et sa destinée : c’est de la mer qu’elle tire ses richesses et c’est sur elle qu’elle fonde sa réputation, comme le soulignaient déjà, dans l’Antiquité, Hérodote (I, 163-167) et Strabon (IV, 1,5).

2 600 ans plus tard, les fouilles archéologiques de la place Jules-Verne faisaient revivre ce passé maritime le plus ancien en mettant au jour, au milieu des vestiges du port antique, les épaves des navires des petits fils de Prôtis et Gyptis. On y trouve, symboliquement, un petit voilier de commerce qui fut l’instrument de l’expansion maritime de Marseille et de son commerce maritime et une grande barque côtière utilisée pour la pêche au corail.

2 600 ans plus tard, l’équipe d’archéologie navale du Centre Camille Jullian (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-Marseille Université – CNRS), chargée de la fouille et de l’étude des épaves, conçoit un projet ambitieux : faire revivre et naviguer à nouveau un de ces bateaux construits au VIe s. av. J.-C. par les descendants des premiers colons phocéens.

Plus qu’une simple reconstruction « à l’identique », c’est un véritable projet d’archéologie expérimentale, fondé sur des bases scientifiques rigoureuses, qui est proposé. Grâce au concours financier de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la communauté urbaine Marseille-Provence Métropole, et en liaison avec le chantier traditionnel de construction navale Borg à Marseille et l’association Arkaeos, l’équipe du Centre Camille Jullian se lance dans la construction de la réplique navigante de la grande barque côtière, baptisée Gyptis, selon les procédés et les techniques de construction en usage à l’époque et en retrouvant les gestes et les savoir faire des compagnons de Prôtis.

Mais pour que l’expérience soit complète, le projet prévoit aussi des navigations expérimentales au plus proche des conditions antiques afin de mieux connaître et d’évaluer les qualités nautiques de ces navires phocéens qui ont fait la réputation de Marseille sur mer. Remontant 2 600 ans d’histoire, la navigation du Gyptis le long des côtes de Provence à partir de Massalia se placera dans le sillage des navires de Prôtis.

2 600 ans après sa fondation, Marseille a l’opportunité d’honorer son titre de « Capitale Européenne de la Culture 2013 » en construisant et en faisant naviguer la réplique authentique d’un navire phocéen, pour renouer avec son patrimoine maritime fondateur.

Patrice Pomey,
Directeur de recherche émérite au CNRS,
Responsable du projet Prôtis

 

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

Invitation à la Presse – 13 juin 2013

Télécharger le Communiqué/invitation

Aix-Marseille Universitécnrs

 

INVITATION PRESSE

Projet Prôtis Inauguration du bateau Gyptis, 13 juin 2013 à 16h
Chantier Prôtis, Anse du Pharo, 13007 Marseille

Un projet d’archéologie expérimentale unique en France réalisé en collaboration avec des archéologues et des charpentiers de marine : faire revivre et naviguer à nouveau un des bateaux construits au VIe s. av. J.-C. par les descendants des premiers colons phocéens.

Le contexte
En 1993, les fouilles archéologiques de la place Jules-Verne à Marseille mettaient au jour, au milieu des vestiges du port antique, les épaves des navires des petits fils de Prôtis et des premiers colons grecs. On y trouve, symboliquement, un petit voilier de commerce qui fut l’instrument de l’expansion maritime de Marseille et de son commerce maritime et une grande barque côtière utilisée pour la pêche au corail.
Le projet
2 600 ans après la fondation de la ville, l’équipe d’archéologie navale du Centre Camille Jullian – Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (AMU/CNRS), chargée de la fouille et de l’étude des épaves, conçoit un véritable projet d’archéologie expérimentale, fondé sur des bases scientifiques rigoureuses. Du point de vue scientifique, il s’agit de construire la réplique navigante de la grande barque côtière, baptisée Gyptis, selon les procédés et les techniques de construction propres aux « bateaux cousus » en usage à l’époque et en retrouvant les gestes et les savoir-faire des compagnons de Prôtis.
Mais pour que l’expérience soit complète, le projet prévoit aussi des navigations expérimentales au plus proche des conditions antiques afin de mieux connaître et d’évaluer les qualités nautiques de ces navires phocéens qui ont fait la réputation de Marseille sur mer.
La construction
Le chantier de construction a démarré en février 2013. Une phase d’expérimentations grandeur nature a permis dans un premier temps de préciser les hypothèses de construction émises en laboratoire, de mettre au point les outils et de découvrir les gestes liés aux assemblages par ligatures. Le bateau est désormais en cours de construction.

CONTACTS PRESSE :
Aix-Marseille Université – Delphine Bucquet – directrice de la communication -06 12 74 62 32
CNRS – Karine Baligand – Responsable service communication DR12 – 04 91 16 46 30
Centre Camile Jullian – Patrice Pomey, responsable du projet Prôtis – 04 42 52 42 47 – Blandine Nouvel – Communication – 04 42 52 42 57

Plus d‘infos : http://protis.hypotheses.org

PARTENAIRES

Porteurs du projet
Centre Camille Jullian (UMR7299 AMU-CNRS)
Aix-Marseille Université, maître d’ouvrage
CNRS

Partenaires financiers
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Communauté urbaine Marseille-Provence Métropole

Mandataires
Chantier de construction navale Borg, labellisé « entreprise du patrimoine vivant »
Association Arkaeos

Soutiens et concours
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH)
Institut méditerranéen d’études avancées (IMéRA)
Office national des forêts
Marine Nationale
Musée d’histoire de Marseille
Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (IMBE)
Ville de Gémenos
Ville des Pennes-Mirabeau

Projet inscrit au programme Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website