Archaeonautica en ligne

Archaeonautica est LA collection scientifique française sur l’archéologie maritime.

Elle est créée en 1977 par le CNRS et le Ministère de la Culture à l’initiative de chercheurs du Centre Camille Jullian.

Elle publie des recherches d’archéologie sous-marines ou, plus généralement, subaquatique, de la Préhistoire à l’époque moderne. Elle est aussi destinée à accueillir des études d’archéologie maritime et d’archéologie navale, d’histoire maritime et d’histoire économique. La collection comprend aussi bien des numéros composés d’articles variés que des monographies. Des contributions en langues étrangères peuvent y trouver place.

Nous avons le plaisir d’annoncer que la collection est disponible en texte intégral sur le portail Persée depuis le n°1, 1977 jusqu’au n°14, 1998. La barrière mobile, c’est à dire le délais de mise en ligne des textes complets, est fixée à 3 ans.

Pour en savoir plus sur la collection, consultez les pages de la collection sur le site du Centre Camille Jullian

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

Scier, étuver et stocker

Les billes de chêne et de pin d’Alep ont été acheminées à la Scierie Haut-alpine (La Bâtie Neuve, Hautes-Alpes) en mai et juin 2010. Sitôt réceptionnées, elles ont été sciées aux dimensions requises sur le banc d’équarrissage semi-automatisé de l’établissement. Le volume de bois disponible après les abattages a permis de doubler le sciage de la quasi-totalité des pièces de la charpente axiale. A l’issue du sciage, toutes les pièces sont été stockées à l’air avant d’être séchées à l’étuve.

Sciage des pièces destinées à l'étrave (© Ch. Durand, CNRS-CCJ)
Marquage des pièces selon leur destination. Indispensable pour s'y retrouver après les mois de séchage ! (© Ch. Durand, CNRS-CCJ)

A l’étuve, l’emploi d’air chaud et humide permet, à l’aide de tables de séchage qui sont fonction de la température, du taux hygrométrique du séchoir et de l’essence de bois, de diminuer progressivement le degré hygrométrique du bois. Chaque pièce a fait l’objet d’un séjour à l’étuve compris entre 10 et 15 jours au cours des mois de juillet et août 2010.

L'étuve de la Scierie Haut-alpine à La Bâtie Neuve (© Ch. Durand, CNRS-CCJ)

Une période dite d’équilibrage, aussi longue que le séchage proprement dit, a succédé au séchage sur le site de la Scierie Haut-alpine. De fait, étant donné que l’humidité résiduelle (15-18% h.r.) n’est pas uniformément répartie dans toute l’épaisseur du bois, il est important, afin d’éviter des tensions dangereuses, de ne pas travailler immédiatement le bois ; l’équilibrage s’est poursuivi jusqu’au départ des bois de la scierie.

A partir de novembre 2010, les bois ont été transférés au Chantier Borg où ils sont actuellement stockés à l’air et poursuivent leur séchage dans une atmosphère naturellement ventilée.