L’origine du projet « Prôtis »

Les épaves Jules-Verne 7 et Jules-Verne 9 ou la genèse de PRÔTIS : au-delà du symbole, un véritable intérêt scientifique aux multiples aspects

Les navires grecs archaïques de la place Jules-Verne, à Marseille : retour aux sources de l’histoire

Les épaves grecques archaïques, dont la découverte est à l’origine du projet PRÔTIS, ont été mises au jour en 1993, au cours des fouilles préventives de la zone du port antique de Marseille, correspondant à la place Jules-Verne. Elles furent trouvées gisant l’une contre l’autre, abandonnées à proximité du rivage, rares vestiges d’une époque que l’on aurait pu croire légendaire : la fondation phocéenne de Massalia, fruit d’une formidable épopée maritime et de l’union de Prôtis et Gyptis, le marin phocéen venu d’Asie Mineure et la princesse ségobrige, fille du roi des lieux. L’archéologie est ainsi venue témoigner des origines de la plus ancienne cité de France et du développement précoce de son activité maritime.

Plan de la fouille, place Jules Verne (Marseille)
L’épave JV9 (au premier plan) et l’épave JV7 (en arrière) – Photo CNRS/CCJ
Les épaves en cours de fouille – Photo CNRS/CCJ

Au regard du caractère exceptionnel d’une telle découverte, d’importants moyens ont été mis en œuvre, dès la fouille, pour assurer l’étude et le sauvetage des épaves. Celles-ci ont ensuite été déposées, puis traitées, avant de prendre place au sein du Musée d’Histoire de Marseille pour être présentées au public : Jules-Verne 7 est sur le point d’y rejoindre Jules-Verne 9.

L’étude archéologique approfondie des deux épaves, par le Centre Camille Jullian (Université de Provence-CNRS), a pu donner lieu à la restitution de leur structure et de leur plan des formes et à leur reconstitution finale sous forme de maquettes d’étude à l’échelle 1/10e. Ces travaux sont le fondement d’un programme d’archéologie expérimentale sans précédent : PRÔTIS, un projet scientifique pour la valorisation de 2600 ansde patrimoine maritime, sur les traces des gestes, des techniques et des savoir-faire des premiers charpentiers navals et navigateurs marseillais.

PRÔTIS verra ainsi la reconstruction grandeur nature des navires dont les vestiges sont déjà en partie visibles au Musée d’Histoire de Marseille. De véritables répliques navigantes seront donc construites, puis mises à l’eau pour naviguer au plus proche des conditions antiques après avoir été soumises à diverses évaluations nautiques, selon les principes de l’expérimentation scientifique.

Les trois raisons du choix des épaves Jules-Verne 7 et Jules-Verne 9 :

  • une datation très ancienne faisant de ces embarcations une part inestimable du patrimoine fondateur de Marseille : remontant à la seconde moitié du VIe s. av. J.-C., elles furent construites par les descendants immédiats des premiers colons phocéens ;
  • un état de conservation exceptionnel permettant une reconstitution fiable et donnant à lire et à interpréter des informations archéologiques inédites et du plus haut intérêt ;
  • des techniques de construction originales témoignant d’une évolution remarquable des modes d’assemblage des éléments structurels de la coque à l’époque grecque archaïque : du bateau « cousu », assemblé par ligatures, au bateau assemblé par « tenons et mortaises » et par clous.

Les acteurs de la genèse de PRÔTIS

L’équipe d’archéologie navale du Centre Camille Jullian (Aix-Marseille Université–CNRS), sous la direction de Patrice Pomey, directeur de recherche au CNRS, a mené les travaux de fouille, d’étude et de reconstitution.

Le laboratoire ARC-Nucléart de Grenoble a effectué les traitements de conservation et de restauration.

Le Musée d’Histoire de Marseille est dépositaire des épaves restaurées qu’il accueille dans ses collections.