Navigation du Gyptis

Une fois les derniers préparatifs effectués, le Gyptis va débuter ses premiers essais en Mer dans la rade de Marseille. Ces derniers vont s’avérer très concluants et le programme de navigation côtière prévu dans le cadre de Marseille Provence 2013 va pouvoir commencer. D’abord le bateau et son équipage vont rejoindre Cassis, puis La Ciotat, et enfin les Embiez. Un très beau périple couronné de succès.

Pour citer ce film :

  • Projet Prôtis, 6. Fin et navigation. Réalisation Antoine CHENE pour ORAC Vidéo ; sous la dir. de Patrice POMEY. Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, dec. 2013.  Vidéo numérique format mov (28min,  05sec). [En ligne], mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le [VOTRE DATE DE CONSULTATION]. URL : http://protis.hypotheses.org/1861

Le Gyptis met la voile, programme des navigations

Depuis lundi 9 décembre, le bateau a quitté la rade de Marseille et débuté son périple le long des côtes marseillaises. Lundi, le bateau a navigué de Marseille à Cassis, mardi, la navigation s’est poursuivie autour de Cassis (calanques). Le programme pour le reste de la semaine est le suivant :

– Mercredi : navigation Les Embiez-La Ciotat. L’après-midi, à 18h30, aura lieu une conférence à Cassis ayant pour sujet le projet Prôtis et la réplique navigante Gyptis d’un bateau grec archaïque.

– Jeudi : navigation autour de La Ciotat. L’après-midi aura lieu une présentation du bateau ainsi qu’une exposition des panneaux au collège Jean Jaurès.

– Vendredi : navigation  La Ciotat- Cassis
– Samedi : navigation Cassis-Marseille
– Dimanche : transfert retour bateau sur Marseille

Le lieu de rendez-vous se fait sur le port, quai d’honneur et pour La Ciotat, dans le Vieux-Port. Le départ est prévu aux alentours de 9-10 h et le retour vers 15-16h.

CCJ_0148678_BD

© Loïc Damelet, CCJ-CNRS/AMU

 

Quand le Gyptis navigue

Après son lancement et les derniers préparatifs, le Gyptis a commencé ses premiers essais à la mer. Les premières navigations ont eu lieu à la rame et ont été limitées au bassin du Vieux-Port, à l’avant port avec passage dans la darse du Mucem et à l’Anse du Pharo.

Ces premiers essais ont eu lieu notamment, le 13 octobre, lors de la fête de la science, puis les 16, 25 et 26 novembre une fois le bateau gréé et équipé de son mât et de sa voile. Cependant la météo n’a pas permis de sortir sous voile et le bateau a évolué à 4 ou 6 rameurs, selon les circonstances. Confirmant les attentes, le Gyptis s’est révélé rapide, léger et bien équilibré dans les eaux calmes du port.

Puis, les 28 et 29 novembre, le bateau est sorti pour la première fois sous voile en profitant d’une météo favorable. Les navigations ont eu lieu dans la grande rade nord, entre la sortie du Vieux-Port, les Catalans, le château d’IF et la pointe Est de Ratonneau. Par un vent de 10-12 nœuds, le bateau a atteint 5 / 6 nœuds aux allures portantes, notamment au grand largue. Bien adapté à ces allures avec sa voile carrée, il ne remonte guère, en revanche, au vent et au mieux navigue à 90° du lit du vent par vent de travers. Néanmoins, il semble qu’en améliorant ses réglages, il puisse légèrement remonter au vent.

Gyptis et Châteaud'If 29_12

© P. Pomey, CCJ-CNRS/AMU

Quant aux gouvernails latéraux, une fois bien réglés, ils se sont révélés sensibles et efficaces à condition d’utiliser le seul gouvernail sous le vent.

Ce ne sont là que les tous premiers essais qui apparaissent déjà, à bien des égards, très prometteurs grâce à l’habileté et à l’expérience des premiers barreurs, Pierre Poveda, José Cano et Jacques Anglès qui a rejoint l’équipe pour  ces premiers essais.

Gyptis If Frioul 29_11_13

© P. Pomey, CCJ-CNRS/AMU

Le navire continuera ses essais en rade de Marseille du lundi 2 au mercredi 4 décembre.

Patrice Pomey

Premiers essais de navigation du Gyptis

Gyptis sous voile5 28_11_13

             Ca y est, le bateau Gyptis a commencé ses essais en mer en rade de Marseille.  Les sorties en mer ont lieu le matin à partir de 9h/10h et l’après-midi à partir de 14h, avec départ et retour depuis le CNTL (près de la capitainerie du Vieux-Port). Le navire, en fonction de la météo, évolue entre le Vieux-Port et la rade. Il est possible d’assister aux navigations depuis l’entrée du Vieux-Port (notamment depuis le jardin du Pharo). Il est également possible d’accompagner le bateau avec sa propre embarcation à condition de respecter les distances de sécurité. Les premières sorties ont eu lieu cette semaine.  Le programme se poursuivra la semaine prochaine et les horaires seront précisés 48h à l’avance en fonction de la météo.

Gyptis sous voile6 28_11_13

 

Prôtis, au fil des jours

 

PROJET PRÔTIS

 

Loïc Damelet, Christine Durand et Philippe Groscaux, nos trois photographes  alimentent régulièrement la Galerie « Projet Prôtis » de la photothèque du Centre Camille Jullian (dossier « Prôtis, au fil des jours« ).

 

Apports et résultats de l’expérimentation

CCJ_0142887
Mise en place du galbord. © Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU

Cette expérimentation a porté sur une portion de 6 m de la charpente axiale et sur des éléments d’environ 4,5 m des deux premières virures du bordé (galbord et ribord).

La charpente axiale

CCJ_0137108
Assemblage de la charpente axiale. © L. Damelet, CCJ-CNRS/AMU
CCJ_0137039
L’étrave, le brion et la quille. © L. Damelet, CCJ-CNRS/AMU

L’expérimentation a commencé par le façonnage des éléments de la charpente axiale sélectionnés précédemment (voir l’article « La sélection des bois pour la charpente axiale« ).La réalisation des écarts a révélé leur grande résistance avant même la mise en place des clefs de blocage et leur vérouillage.

A la suite de l’assemblage des éléments (quille, brion, étrave) la charpente axiale a été dressée et mise en place.


CCJ_0137207
Sélection des bois. © Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU

Le bordé

Dans un même temps, les pièces de bois nécessaires à la réalisation des éléments de virure du bordé (galbord et ribord) pour l’expérimentation ont été sélectionnées et pré-débitées.

Leur débitage a été effectué à partir du plan de bordé développé réalisé par modélisation 3D. Cette méthode s’est révélée précise et efficace et a permis de respecter le principe de construction bordé premier tout en respectant les contraintes de forme imposées par la construction d’une réplique.

Une fois débité, le galbord a été étuvé puis ajusté à la flamme afin de faciliter son ployage et sa mise en forme. Un chalumeau a été utilisé à cette fin pour éviter de préparer un foyer in situ (problème de sécurité et gain de temps).

Sans titre-1

Etuvage du galbord puis ajustement de cette pièce au chalumeau. © Ph. Groscaux, CCJ- CNRS/AMU

La réalisation des éléments d’assemblage du galbord sur la quille (chevilles de pré-assemblage, percements des canaux obliques, taille des tétraèdres) et de l’ensemble de la pièce s’est révélée satisfaisante.

Cependant, compte-tenu du phénomène de facettage du bordé particulièrement sensible dans les fonds, la longueur des chevilles de pré-assemblage a dû être réduite en raison d’un risque de percement de la coque. Elles pourront retrouver leur longueur, observée sur les vestiges, lors de la mise en place des virures dans les parties plus hautes du bateau.

projet Protis, pointes, galbords
La longueur des chevilles de pré-assemblage a été réduite. © Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU

La mise en place du ribord a révélé un problème dans le façonnage de la râblure qui n’existe qu’à partir de ce niveau. Grâce à l’expérimentation, une solution a pu être trouvée qui se révèle en adéquation avec les observations réalisés sur les vestiges qui, à l’époque, n’avaient pu être correctement interprétées.

CCJ_0137136
La râblure sur l’étrave. © L. Damelet, CCJ-CNRS/AMU

 

 

 

 

 

 

 

 

L’assemblage par ligatures

L’expérimentation a également permis de tester et de valider les méthodes de marquage, de perçage des canaux de ligatures et de réalisation des tétraèdres.

Des abaques ont été fabriquées pour guider le marquage. Celui-ci a été fait avec une pointe sèche dans un premier temps. Puis, les tracés ont été réalisés au stylo de différentes couleurs pour distinguer les différents percements et ainsi éviter toute erreur. Le procédé est aussi plus rapide.

Une cale a également été réalisée, à l’initiative des charpentiers de marine, pour guider la mèche de percement des canaux obliques et obtenir une bonne précision de l’angle d’incidence.

2

 

 Méthode de perçage des canaux de ligatures et évidements des tétraèdes. © Ph. Groscaux, CCJ-CNRS:AMU

Les tétraèdres de la charpente axiale ont été réalisés avec plusieurs types de ciseaux. En fin de compte, le ciseau à pointe triangulaire s’est révélé le plus efficace et c’est donc celui-ci qui sera utilisé lors de la construction.

Des essais de ligaturage ont permis de valider le mode de passage de la cordelette de lin et de vérifier si les matériaux utilisés – notamment le tissus d’étanchéité – sont bien adaptés. Les résultats sont concluants et pourront être réévalués au cours de la vie du bateau en fonction de son utilisation.

Le temps de réalisation des ligatures s’est, en revanche, révélé assez long. Le principe initial d’un triple passage des ligatures a été modifié. Ces dernières sont maintenant réalisées avec deux passages, le premier étant effectué en double et le second en simple. Outre un important gain de temps, les ligatures gagnent en régularité.

Essai de ligatures
Essai de ligatures. © L. Damelet, CCJ-CNRS/AMU

Conclusion

L’expérimentation a permis de tester et de valider le processus opératoire et les techniques utilisées (débitage, façonnage des pièces, mise en forme, pré-assemblage et assemblage, marquage, percement des canaux et réalisation des évidement tétraédriques, ligatures), dans le cadre d’une conception et d’une construction du bateau sur bordé premier.

La mise en place de la charpente axiale, du galbord et du ribord  lors de l’expérimentation a permis d’aborder et de résoudre l’ensemble des problèmes pouvant se poser lors de la construction du Gyptis.

Le recours à des expérimentations préalables à grande échelle conduit à un gain de temps considérable dans la construction proprement dite du navire grâce au retour d’expérience permettant de valider et de se familiariser avec les procédures.

Episode 2 – Les expérimentations

accrocheFilmExpérimentation

Deux ans après la première vidéo montrant la sélection et l’abattage des arbres en vue de la construction des bateaux, A. Chené reprend sa caméra. Il nous livre 9 minutes sur les expérimentations. Phase préalable à la construction du navire Gyptis, elle a permis d’acquérir les gestes, d’identifier les outils et les techniques qui vont permettre de se lancer dans la construction.

 

 

Pour citer ce film :

  • Projet Prôtis, 2. Les expérimentations. Réalisation Antoine CHENE pour ORAC Vidéo ; sous la dir. de Patrice POMEY. Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, avril 2013.  Vidéo numérique format mov (9 min, 38 sec). [En ligne], mis en ligne le 2 mai 2013, consulté le [VOTRE DATE DE CONSULTATION]. URL : http://protis.hypotheses.org/698

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

Les expérimentations

CCJ_0136137
Le chantier de construction du Gyptis. (© Ph. Groscaux, CNRS-CCJ).

Selon les principes de l’archéologie expérimentale, la construction de la réplique navigante Gyptis, doit respecter les principes et les méthodes de construction et les techniques d’assemblage en usage sur les chantiers navals massaliotes du VIe siècle av. J.-C., c’est-à-dire, en fait, sur les chantiers navals grecs de l’époque archaïque.

Une construction longitudinale sur bordé. © Ph. Groscaux, CNRS-CCJ
Une construction longitudinale sur bordé. (© Ph. Groscaux, CNRS-CCJ).  

 L’analyse archéologique des vestiges, fait apparaître un principe de construction « longitudinal sur bordé » dans lequel la conception des formes de la carène est définie par la pose de la charpente axiale et des virures du bordé et dont la conception structurale repose sur l’ensemble charpente axiale-bordé qui constitue la structure portante du navire.

À ce principe de construction est associée une méthode de construction « bordé premier » qui consiste à assembler directement sur la charpente

Assemblage de bordé premier sur la charpente axiale. © Ph. Groscaux, CNRS - CCJ
Assemblage du galbord sur la charpente axiale. (© Ph. Groscaux, CNRS – CCJ).

axiale pré-établie (quille, étrave, étambot) les virures du bordé. La pose de la membrure n’intervient que dans un second temps.

Cette dernière ne joue donc aucun rôle dans la détermination des formes de la coque et n’a qu’une fonction de renfort de la structure primaire constituée par le bordé. En outre, les assemblages des bordages entre eux et à la quille s’effectuent par ligatures végétales avec l’aide de chevilles de pré-assemblage. De même, la fixation des membrures au bordé est entièrement réalisée par ligatures.

 

 

 

Assemblage du bordé sur la quille par ligatures végétales © L. Damelet CNRS-CCJ
Assemblage du galbord sur la charpente axiale par ligatures. (© L. Damelet CNRS-CCJ).

Objectifs des expérimentations

Or ce principe et cette méthode de construction comme cette technique d’assemblage sont totalement oubliés de nos jours en Méditerranée. Aussi, avant de se lancer directement dans la construction du navire, il est apparu nécessaire de réaliser des expérimentations ayant pour objet de comprendre et de se familiariser avec ces modes de construction, et de retrouver les gestes et les savoir-faire. Il s’agit aussi de pouvoir bien identifier les difficultés et les problèmes éventuels pour y apporter des solutions et, enfin, d’évaluer le temps de travail pour avoir une bonne programmation de l’ensemble de la construction.

Pour que cette expérimentation soit significative, elle doit être conduite à grande échelle. C’est pourquoi, il a été choisi de la faire porter sur un élément de quille, brion et étrave de 6 m de longueur comportant la pose, à bâbord, d’éléments des deux premières virures (“galbord“  et “ribord“) longs de 4, 30 m, et l’aboutissement de la tête de la 3e virure.

Plan quille, brion, étrave © Ph. Groscaux, CNRS-CCJ
Plan quille, brion, étrave. (© Ph. Groscaux, CNRS-CCJ).
Quille, brion et étrave. © L. Damelet, CNRS-CCJ
Quille, brion et étrave. (© L. Damelet, CNRS-CCJ).

 

 

 

 

 

 

 

L’ensemble permet ainsi d’expérimenter :

– l’assemblage des éléments de la charpente axiale (quille-brion, brion-étrave) par un écart en « trait de Jupiter » avec simple adent et clef de blocage verticale verrouillée par une gournable ;

CCJ_0137095
Mise en place du trait de Jupiter. (© L. Damelet, CNR-CCJ).
CCJ_0137101
Mise en place du trait de Jupiter. (© L. Damelet, CNR-CCJ).

 

 

 

 

 

 

 

 

Vues du trait de Jupiter © L. Damelet,  Ph. Groscaux,CNRS-CCJ
Vues du trait de Jupiter. (© L. Damelet, Ph. Groscaux,CNRS-CCJ).

 

 

 

 

 

– la pose et la mise en forme des virures du bordé directement sur la charpente axiale. Le problème étant de réaliser le ployage de l’extrémité des virures pour que leur tête vienne se raccorder sur l’étrave sans autre aide que celle des chevilles de pré-assemblage et de déterminer, à partie de la seconde virure, la taille de la râblure sur l’étrave.
– l’assemblage par ligature des virures du bordé sur la quille et entre elles. Cela suppose d’avoir procédé au marquages préliminaire des positionnement des chevilles de pré-assemblage, des points de ligatures correspondant aux évidements tétraédriques et aux  canaux de passage des liens. Puis d’effectuer les ligatures à trois brins après la pose des joints d’étanchéité.

Réalisation des percements et des évidements tétraédriques pour le passage des ligatures. (© Ph. Groscaux, CNRS-CCJ).
Réalisation des percements et des évidements tétraédriques pour le passage des ligatures. (© Ph. Groscaux, CNRS-CCJ).

Nous reviendrons sur les enseignements de ces expérimentations dans un prochain billet.

 

 

 

 

 

Glossaire

D’après Pomey P., Rieth E., L’archéologie navale, Editions Errance, Paris, 2005

 

Adent, n. m. : assemblage à l’aide d’entailles aménagées sur les faces oppasées de deux pièces de bois.

Agrés, n. m. : ensemble de tout ce qui concerne la mâture et particulièrement les cordages.

Allonge, n. f. : pièce de la charpente venant prolonger une autre pièce. En particulier, élément d’une membrure qui se situe dans le prolongement direct, ou indirect, de la varangue.

Anneau de cargue, n. m. : anneaux par lesquels passent les cordages permettant de replier la voile.

Barrot, n. m. : cf. bau.

Bau, n. m. : pièce de charpente transversale établie à une certaine hauteur du fond de la coque et destinée à maintenir l’écartement des flancs. Dans le cas d’une coque pontée, les baux servent également à supporter les bordages du pont.

Bordage, n. m. : planche constitutive du bordé située sur la face extérieure des membrures.

Bordé, n. m. : ensemble des planches (bordages) formant le revêtement extérieur d’une coque.

Brion, n. m. : pièce de charpente formant liaison entre la quille et l’étrave.

Calculs hydrostatiques et hydrodynamiques : calculs permettant d’estimer les performances théoriques du navire (vitesse, capacité, stabilité) selon diverses configurations.

Can, n. m. : tranche d’un bordage ou d’une planche.

Carène, n. f. : partie immergée de la coque.

Charpente axiale : ensemble composé de la quille, de l’étrave et de l’étambot.

Cheville, n. f. : tige de bois destinée à unir deux pièces.

Conception ‟ longitudinale sur bordé ” : les formes de la coque sont déterminées par la mise en place progressive des planches du bordé et ce dernier, une fois assemblé, constitue la structure portante de la coque.

Construction ‟ sur bordé premier ” : procédé de construction dans lequel, après la pose de la charpente axiale (quille, étrave et étambot), le bordé est assemblé en premier. Puis, mais ensuite seulement, les membrures sont mises en place. Ces dernières servent essentiellement de renfort.

Coque, n. f. : ensemble de la charpente d’un navire et de son revêtement extérieur. 

Couple, n. m. : pièce de la charpente transversale constituée de deux branches symétriques élevées dans un plan perpendiculaire à l’axe longitudinal de la quille. La disposition entre les différents éléments d’un couple (varangue, genou, allonges) varie selon les époques et les types de bâtiments : cf. membrure.

Écart, n. m. : assemblage, de forme variée (écart simple, à sifflet, à mi-bois, à crochet, en « Trait de Jupiter »…), entre deux pièces de la charpente longitudinale, de la charpente transversale ou entre deux bordages, qui se trouvent dans le prolongement l’un de l’autre.

Emplanture, n. f. : emplanture de mât : massif, rapporté ou intégré à la carlingue ou à une membrure, doté d’une cavité à l’intérieur de laquelle est logé le pied d’un mât.

Étambot, n. m. : pièce de charpente plus ou moins verticale ou inclinée, de forme droite ou courbe, fixée sur l’extrémité arrière de la quille.

Étambrai, n. m. : ou caisse d’étambrai, pièces de renfort disposées autour du passage du pied du mât pour le guider et le protéger.

Étrave, n. f. : pièce de charpente, plus ou moins inclinée, de forme droite ou courbe, assemblée sur l’extrémité avant de la quille.

Galbord, n. m. : premier bordage à partir de la quille.

Gournable, n. f. : longue cheville en bois employée pour fixer les bordages et la membrure.

Gréement, n. m. : ensemble de ce qui est nécessaire à la propulsion des navires à voiles (mâts, vergues, voiles, agrès, manoeuvres…).

Lest, n. m. : corps lourds disposés dans les fonds pour assurer la stabilité du navire.

Lisse de plat-bord, n. f. : latte établie entre l’étrave et l’étambot, recouvrant les têtes des allonges de sommet de la membrure.

Membrure, n. f. : 1. pièce de base de la charpente transversale dont la composition varie selon les époques et les types d’architectures ; 2. ensemble des membrures de la charpente transversale.

Moque, n. f. : pièce en bois, évidée au milieu, dans laquelle un cordage est passé.

Nage, n. f. : action, manière de ramer.

Pavois, n. m. : bordages de la coque situés au-dessus du pont.

Préceinte, n. f. : virure de renfort du bordé, plus large et plus épaisse que les autres bordages.

Quille, n. f. : pièce maîtresse de la charpente axiale de la coque d’un navire.

Râblure, n. f. : entaille aménagée dans les faces latérales de la quille dans laquelle est encastré le can inférieur du galbord. L’étrave et l’étambot peuvent être aussi dotés d’une râblure destinée à recevoir les extrémités (ou têtes) des virures du bordé.

Ribord, n. m. : virure du bordé faisant suite au galbord.

Tillac, n. m. : pont supérieur d’un bateau.

Tonture, n. f. : courbure convexe que l’on donne aux ponts en relevant les extrémités pour permettre à l’eau de s’écouler.

Varangue, n. f. : élément inférieur d’une membrure disposée perpendiculairement à l’axe longitudinal de la quille et sensiblement symétrique par rapport à cet axe. La varangue constitue la partie centrale de la membrure.

Vergue : Espar supportant une voile, le plus souvent carrée. La vergue antique est souvent constituée de deux pièces assemblées par le milieu.

Voile carrée : Voile rectangulaire située, au repos, perpendiculairement à l’axe du navire. La voile carrée est portée par une vergue.

Virure, n. f. : ligne de bordages allant d’une extrémité à l’autre de la coque.

Episode 1 – Les approvisionnements en bois

accrocheFilm1ApproBoisL’idée de « mettre en boîte » le projet Prôtis s’est imposée dès le départ. Vous avez pu en découvrir des témoignages au fil des billets récents : la photo vient en appui à la description de chacune des phases techniques du projet. Réalisés par l’équipe de photographes du Centre Camille Jullian, ces clichés illustrent fort à propos les textes descriptifs des chercheurs.

Mais il manquait du mouvement ! Il est un complément que nous avons souhaité ambitieux : donner vie à ces moments et vous les faire partager. Ainsi, il est décidé très tôt la réalisation d’un film qui retracera le fil des expérimentations, la construction du navire et sa mise à l’eau. Une série de vidéos en constituent des premiers éléments. Pensée comme un feuilleton, la série ponctuera chaque étape clé du projet. L’ensemble est réalisé par Antoine Chené d’ORAC VIDEO, sous la direction de Patrice Pomey bien sûr, avec la complicité de tous les acteurs de Prôtis.

Voilà le premier opus que nous vous donnons à voir. Il porte naturellement sur l’approvisionnement du bois, depuis la sélection des arbres selon leur essence, leur taille et la forme de leur parties aériennes (tronc et houppier). Il montre le travail des élagueurs puis le transport sur le lieu de stockage. En attendant la suite…

Pour citer ce film :

  • Projet Prôtis, 1. Les approvisionnements en bois. Réalisation Antoine CHENE pour ORAC Vidéo ; sous la dir. de Patrice POMEY. Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, avril 2011.  Vidéo numérique format mov (5 min, 44 sec). [En ligne], mis en ligne le 9 mai 2011, consulté le [VOTRE DATE DE CONSULTATION]. URL : http://protis.hypotheses.org/322

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

L’assemblage des virures du bordé par « tenons et mortaises »

Le projet « Prôtis » est avant tout un programme d’archéologie expérimentale qui vise à comprendre, par l’expérimentation en grandeur nature, les procédés de constructions des anciens charpentiers navals grecs, leurs gestes techniques et leur savoir-faire.

Mais avant de procéder à la construction de la réplique navigante du navire de l’épave Jules-Verne 7, baptisé Prôtis, il convient tout d’abord de se familiariser avec certaines techniques anciennes aujourd’hui oubliées. Ceci afin de bien les appréhender et de bien les maîtriser avant de les utiliser à grande échelle.

Parmi ces techniques perdues, l’une des plus importante est la technique d’assemblage dite par « tenons et mortaises » utilisée pour la liaison des planches du bordé (bordages) constituant le revêtement de la coque. Il s’agit d’un assemblage à franc-bord – c’est-à-dire dans lequel les bordages sont assemblés bord à bord, sans recouvrement – qui utilise des clefs en bois (dits tenons) prenant place dans des mortaises taillées à cet effet. Les tenons sont ensuite bloqués par des petites chevilles de bois enfoncées dans l’épaisseur des planches pour verrouiller l’assemblage.

Système d'assemblage par tenons et mortainses
Schéma du système d’assemblage par tenons et mortaise (dessin M. Rival, CNRS/CCJ)

Cette technique d’origine très ancienne, sans doute phénicienne, a été utilisée par les Grecs à partir du VIe siècle avant J.-C. comme en témoigne l’épave Jules-Verne 7 où elle est employée pour la plus grande partie des bordés à l’exception des extrémités.

Détail d'un tenon sur l'épave Jules Verne 7
Détail d'un tenon sur l'épave Jules Verne 7 Détail d’un tenon d’assemblage du bordé de l’épave Jules-Verne 7. (photo CNRS/CCJ)

Les qualités de solidité et de longévité de cette technique la feront adopter dans toutes la Méditerranée antique au point de devenir l’une des caractéristiques essentielles de la construction navale antique gréco-romaine.

Pour bien maîtriser cette technique, mais aussi pour évaluer la résistance des bois aux déformations et la tenue des assemblages, une première expérimentation a été effectuée au chantier naval Borg dans le courant du mois d’octobre 2010.

Enregistrement vidéo par A. Chéné de l’expérimentation de l’assemblage par « tenons et mortaises » (photo L. Damelet, CNRS/CCJ)

L’expérimentation a porté sur l’assemblage de 3 bordages en pin d’Alep (L. 1 m ( l. 25 cm ( ép. 3 cm) à l’aide de mortaises disposées en quinconce d’un bord à l’autre des planches et espacées de 20 cm entraxe (prof. 7,5 cm ; ép. 0,5 cm).

Préparation entre R. Roman (CCJ) et Thierry Garval (chantier Borg) de l’expérimentation d’après les schémas d’assemblage (photo L. Damelet, CNRS/CCJ)

Ces mortaises ont reçu des tenons en olivier (L. 15  cm ( l. 4 cm ( ép. 0,5 cm) qui ont été verrouillés à l’aide de petites chevilles de blocage en olivier de forme tronconique (diam. int. 11 mm ; ext. 9 mm). L’enfoncement des chevilles se fait depuis l’intérieur de la coque.
Toutes les mortaises ont été taillées à la main au bédane. La taille d’une mortaise prend, en moyenne, 15 mn. Temps pouvant être réduit avec la pratique.

Réalisation des mortaises au bédane par Th. Garval (chantier Borg)Réalisation des mortaises au bédane par Th. Garval (chantier Borg)

Réalisation des mortaises au bédane par Th. Garval (chantier Borg) (photo L. Damelet, CNRS/CCJ)

Le percement des trous de passage des chevilles (9 mm) a été effectué au vilebrequin à défaut de disposer d’un foret à archer.

Les chevilles en bois, ou gournables, ont été taillées à l’aide d’une boîte à gournables permettant de passer d’une section rectangulaire à une section finale octogonale par rabotages successifs. La cheville prendra ensuite une fois en place une section sensiblement arrondie par contraintes.

Les différentes étapes de la réalisation d’une petite cheville de blocage tronconique de section octogonale (photo Ch. Durand, CNRS/CCJ)

Boîte à gournable pour donner à la cheville une forme tronconique par passage du rabot Boîte à gournable pour donner à la cheville une forme tronconique par passage du rabot Boîte à gournable pour donner à la cheville une forme tronconique par passage du rabot (photo Ch. Durand, CNRS/CCJ)

Une fois les éléments préparés, l’assemblage des bordages s’est effectué en insérant les tenons dans les mortaises du bordage en attente, puis en mettant en place, sur ces tenons, le bordage suivant. Le chevillage est intervenu ensuite bordage par bordage.

Insertion en force au maillet des petites chevilles de blocage des tenons. (photo Ch. Durand, CNRS/CCJ)

Il est à noter que le bois s’est bien comporté et ne s’est pas fendu lors des assemblages. Néanmoins, il convient de limiter le jeu des tenons à l’intérieur des mortaises pour éviter leur éclatement lors du passage en force des chevilles.

Vue de détail de l’assemblage final. Seules les têtes des petites chevilles de blocage des tenons sont visibles de part et d’autre du joint. (photo Ch. Durand, CNRS/CCJ)

Avec le temps, on constate aujourd’hui la bonne tenue des assemblages qui n’ont pas joué.
La suite de l’expérimentation consistera à mettre en place les membrures de renfort intérieur de la coque

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

More Posts