Navigation du Gyptis

Une fois les derniers préparatifs effectués, le Gyptis va débuter ses premiers essais en Mer dans la rade de Marseille. Ces derniers vont s’avérer très concluants et le programme de navigation côtière prévu dans le cadre de Marseille Provence 2013 va pouvoir commencer. D’abord le bateau et son équipage vont rejoindre Cassis, puis La Ciotat, et enfin les Embiez. Un très beau périple couronné de succès.

Pour citer ce film :

  • Projet Prôtis, 6. Fin et navigation. Réalisation Antoine CHENE pour ORAC Vidéo ; sous la dir. de Patrice POMEY. Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, dec. 2013.  Vidéo numérique format mov (28min,  05sec). [En ligne], mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le [VOTRE DATE DE CONSULTATION]. URL : http://protis.hypotheses.org/1861

Le Gyptis met la voile, programme des navigations

Depuis lundi 9 décembre, le bateau a quitté la rade de Marseille et débuté son périple le long des côtes marseillaises. Lundi, le bateau a navigué de Marseille à Cassis, mardi, la navigation s’est poursuivie autour de Cassis (calanques). Le programme pour le reste de la semaine est le suivant :

– Mercredi : navigation Les Embiez-La Ciotat. L’après-midi, à 18h30, aura lieu une conférence à Cassis ayant pour sujet le projet Prôtis et la réplique navigante Gyptis d’un bateau grec archaïque.

– Jeudi : navigation autour de La Ciotat. L’après-midi aura lieu une présentation du bateau ainsi qu’une exposition des panneaux au collège Jean Jaurès.

– Vendredi : navigation  La Ciotat- Cassis
– Samedi : navigation Cassis-Marseille
– Dimanche : transfert retour bateau sur Marseille

Le lieu de rendez-vous se fait sur le port, quai d’honneur et pour La Ciotat, dans le Vieux-Port. Le départ est prévu aux alentours de 9-10 h et le retour vers 15-16h.

CCJ_0148678_BD

© Loïc Damelet, CCJ-CNRS/AMU

 

Quand le Gyptis navigue

Après son lancement et les derniers préparatifs, le Gyptis a commencé ses premiers essais à la mer. Les premières navigations ont eu lieu à la rame et ont été limitées au bassin du Vieux-Port, à l’avant port avec passage dans la darse du Mucem et à l’Anse du Pharo.

Ces premiers essais ont eu lieu notamment, le 13 octobre, lors de la fête de la science, puis les 16, 25 et 26 novembre une fois le bateau gréé et équipé de son mât et de sa voile. Cependant la météo n’a pas permis de sortir sous voile et le bateau a évolué à 4 ou 6 rameurs, selon les circonstances. Confirmant les attentes, le Gyptis s’est révélé rapide, léger et bien équilibré dans les eaux calmes du port.

Puis, les 28 et 29 novembre, le bateau est sorti pour la première fois sous voile en profitant d’une météo favorable. Les navigations ont eu lieu dans la grande rade nord, entre la sortie du Vieux-Port, les Catalans, le château d’IF et la pointe Est de Ratonneau. Par un vent de 10-12 nœuds, le bateau a atteint 5 / 6 nœuds aux allures portantes, notamment au grand largue. Bien adapté à ces allures avec sa voile carrée, il ne remonte guère, en revanche, au vent et au mieux navigue à 90° du lit du vent par vent de travers. Néanmoins, il semble qu’en améliorant ses réglages, il puisse légèrement remonter au vent.

Gyptis et Châteaud'If 29_12

© P. Pomey, CCJ-CNRS/AMU

Quant aux gouvernails latéraux, une fois bien réglés, ils se sont révélés sensibles et efficaces à condition d’utiliser le seul gouvernail sous le vent.

Ce ne sont là que les tous premiers essais qui apparaissent déjà, à bien des égards, très prometteurs grâce à l’habileté et à l’expérience des premiers barreurs, Pierre Poveda, José Cano et Jacques Anglès qui a rejoint l’équipe pour  ces premiers essais.

Gyptis If Frioul 29_11_13

© P. Pomey, CCJ-CNRS/AMU

Le navire continuera ses essais en rade de Marseille du lundi 2 au mercredi 4 décembre.

Patrice Pomey

Premiers essais de navigation du Gyptis

Gyptis sous voile5 28_11_13

             Ca y est, le bateau Gyptis a commencé ses essais en mer en rade de Marseille.  Les sorties en mer ont lieu le matin à partir de 9h/10h et l’après-midi à partir de 14h, avec départ et retour depuis le CNTL (près de la capitainerie du Vieux-Port). Le navire, en fonction de la météo, évolue entre le Vieux-Port et la rade. Il est possible d’assister aux navigations depuis l’entrée du Vieux-Port (notamment depuis le jardin du Pharo). Il est également possible d’accompagner le bateau avec sa propre embarcation à condition de respecter les distances de sécurité. Les premières sorties ont eu lieu cette semaine.  Le programme se poursuivra la semaine prochaine et les horaires seront précisés 48h à l’avance en fonction de la météo.

Gyptis sous voile6 28_11_13

 

Episode 5 – La fin de la construction et la mise à l’eau

accrocheFilm5ConstructionLancementEn 21 minutes, voici rassemblées les dernières étapes de la construction du Gyptis : l’assemblage des derniers bordés et des préceintes, installation des allonges de membrure, du barreau de gouvernail et du massif d’emplanture destiné à recevoir le mât. L’enduit d’étanchéité, à base de cire et de poix de conifères, a été badigeonné à l’intérieur de la coque. A l’extérieur, ce même enduit est teinté d’oxyde de fer ou de charbon de bois pour donner au Gyptis de belles couleurs. Une monnaie grecque, moderne mais adaptée aux circonstances, a été positionnée dans le massif d’emplanture pour porter chance au bateau. Tout comme l’œil prophylactique habilement peint comme un point (presque) final à la construction.

Enfin, le jour du lancement voit le bateau sortir du chantier pour rejoindre la cale de lancement. Il suscite la curiosité des badauds, avant d’être le point de mire des nombreux invités à la cérémonie. Il est enfin lancé sous les applaudissements de la foule et fait un premier tour rapide dans le Vieux-Port de Marseille.

Pour citer ce film :

  • Projet Prôtis, 5. De la fin de la construction à la mise à l’eau. Réalisation Antoine CHENE pour ORAC Vidéo ; sous la dir. de Patrice POMEY. Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, oct. 2013.  Vidéo numérique format mov (21 min, 1 sec). [En ligne], mis en ligne le 12 novembre 2013, consulté le [VOTRE DATE DE CONSULTATION]. URL : http://protis.hypotheses.org/1749

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

L’avancée de la construction du Gyptis au cours de l’été

Durant tout l’été, le chantier de construction du Gyptis est resté actif et a continué de tourner à plein régime sous la houlette de Pierre toujours fidèle au poste. Il a notamment reçu le renfort de Sammy Bertoliatti, charpentier de marine, ce qui a permis de conserver trois charpentiers en activité sur le chantier durant la seconde quinzaine d’août et à ainsi permis à deux d’entre eux de prendre quelques vacances. En outre, de nombreux bénévoles, étudiants ou non, sont venus apporter leur aide pour effectuer les ligatures d’assemblage des bordages.

01
Préparation et façonnage des varangues de fond à l’aide d’abaques (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/MU)
1
Préparation et façonnage des varangues de fond à l’aide d’abaques (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/MU)

Cette activité soutenue nous a permis de mener à bien la seconde phase de construction du bateau. Après l’achèvement de la première phase correspondant au trois premières virures du fond de carène et à leur consolidation par les varangues de fond, la construction s’est poursuivie par la mise en place des 4e, 5e et 6e virures, cette dernière correspondant à la première préceinte. Auparavant, un bau traversant, support des gouvernails latéraux, a été installé à l’arrière et assemblé à mi-bois sur la 5e virure et la préceinte. En outre, le massif d’emplanture du mât et la caisse d’étambrai, les allonges de varangues, les baux et les barrots de pont des tillacs avant et arrière ont été façonnés et sont prêts à être mis en place.

2
Mise en place et ligature des varangues de fond (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU)

Si la pose de la préceinte a été un peu plus longue que prévue, la préparation et le façonnage de l’emplanture et des éléments de la charpente transversale (allonges, baux) permettent de rester en phase avec le calendrier  et d’envisager le lancement du navire, à la date prévue du 12 ocobre.

6
Passage à l’étuve de la préceinte afin de permettre son ployage (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU)
07
Mise en place des chevilles de blocage des ligatures (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

Compte tenu de l’évolution de la construction, un certain nombre de légères modifications ont été apportées au cahier des charges techniques avec l’accord du Comité scientifique et technique. Ces modifications ont été les suivantes :

– Les 2 dernières virures (larg. unitaire 10 cm), restituées à partir des observations de l’épave Jules-Verne 7, et correspondant au pavois de la coque, ont été ramenées à une seule virure de pavois de 20 cm de largeur. Cette solution permet un gain de temps précieux, en divisant par 2 le nombre de ligatures.

– La position des baux a été légèrement réhaussée pour une meilleur position des rameurs.

9
Mise en place de la première préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)
10
Mise en place de la première préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

– Les écarts d’assemblage des préceintes (inconnues en l’absence de données conservées)  ont été réalisés d’après les observations de l’épave Jules-Verne 7 et adaptés à l’échantillonnage de l’épave Jules-Verne 9 . Ils reprennent, en plus simple, les écarts de la charpente axiale.

11
Assemblage de la première préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)
08
Mise en place du bau traversant, support des gouvernails (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

– Le bau traversant support des gouvernails et le bau d’appui de la caisse d’étambrai du mât ont été réalisés, respectivement, en chêne vert et en chêne caduc, contrairement aux autres baux réalisés en pin d’Alep, afin de leur conférer plus de solidité.

3
Préparation et mise en place de la caisse d’étambrai (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU)
5
Préparation et mise en place de la caisse d’étambrai (© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU)

– Les tillacs (ponts d’extrémité) seront abaissés au niveau des baux pour une meilleure protection et affecteront un léger bouge.

Par ailleurs, en prévision de la phase finale de construction, certains équipements du navire ont été envisagés de la façon suivante.

Afin de poursuivre la tradition, remontant à l’Antiquité, qui consiste à déposer une pièce de monnaie “porte-bonheur” dans l’emplanture du mât, P. Pomey propose de placer une ancienne pièce grecque de 50 drachmes représentant, au revers, une pentécontore du 6è siècle av. J.-C. – donc contemporaine de notre bateau d’origine – et à l’avers, un portrait d’Homère.

Monnaie grecque représentant, à l'avers, le portrait d'Homère, et au revers, une pentécontore du 6è siècle av. J;-C. (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)
Monnaie grecque représentant, à l’avers, le portrait d’Homère, et au revers, une pentécontore du 6è siècle av. J.-C.  (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

Plusieurs ancres sont prévues dont deux en pierre avec croc (20 kg chacune) et une en bois avec jas en pierre (30 kg). Leur réalisation est basée sur l’observation de modèles contemporains de l’épave Jules-Verne 9 (épave de Giglio et Pabuç Burnu).

Un total de 870 kg de lest est prévu conformément au calcul de stabilité hydrostatique. Il se composera de galets de la Durance contenus dans des sacs de jute. Ces derniers seront disposés entre les membrures afin de pouvoir être déplacés en fonction du bon équilibrage du bateau

Pour la voile, il n’a pas été possible de trouver un modèle entièrement tissé de lin correspondant au grammage désiré (canvas 7). Elle se composera donc d’un mélange de lin (36%) et de coton (64%).

Les anneaux de cargue seront réalisés en bois, par l’équipe des charpentiers, tout comme les poulies, moques et autres articles de poulierie. Les pièces seront fabriquées d’après les modèles trouvés sur les épaves antiques (par exemple Kyrenia ).

Comme prévu, un mélange de poix et de cire d’abeille sera appliqué comme enduit interne et externe. Il devrait permettre de protéger la coque pendant les navigations expérimentales et côtières prévues en 2013.

La troisième et dernière phase de la construction comportant la pose de la virure de pavois et de la lisse de plat-bord, puis les allonges, les baux et barrots et les couples de revers ainsi que les planchers des tillacs vient de commencer.

12
Mise en place de la première préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

L’échéance approche vite mais l’équipe, très motivée, se mobilise pour achever la coque dans les délais prévus et permettre le lancement du navire à la date prévue du samedi 12 octobre 2013 à l’occasion de la Fête de la Science.

Il restera alors à finir le gréement, l’accastillage et l’équipement du bateau pour se lancer ensuite dans les premières navigations d’essais et de réglage qui auront lieu en rade de Marseille à partir de début novembre.

De nouvelles photos sont régulièrement mises en ligne dans la gallerie « Prôtis, au fil des jours« .

Réunions du Comité scientifique et technique et du Comité de pilotage

Le Comité scientifique et technique du projet Prôtis s’est réuni dans la matinée du lundi 9 septembre au chantier de construction du Gyptis à l’anse du Pharo. Après la présentation de l’état d’avancement des travaux de construction et du calendrier prévisionnel, le comité a été saisi d’un certain nombre de légères modifications apportées au cahier des charges initiales (composition de la virure de pavois, nature des baux d’appui du mât et du support des gouvernails, position des baux/bancs de nage, tonture des tillacs, écart d’assemblage des préceintes). Après présentation et discussion, le comité a approuvé l’état des travaux et donné son accord aux modifications proposées ou effectuées.

Mise en place de la préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)
Mise en place de la préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

Le comité a ensuite évoqué la question du lancement du bateau, le samedi 12 octobre  à l’occasion de la fête de la Science et de la préparation des navigations expérimentales. Le dossier d’immatriculation du bateau auprès des Affaires Maritimes a été présenté au comité. Le bateau sera enregistré dans la division 244 réservé aux « navires traditionnels ou à leurs répliques ». Prévu pour embarquer 12 personnes, il sera limité à des navigations côtières diurnes effectuées à moins de 6 milles nautiques d’un abri et par une force du vent ne dépassant pas force 4 (16 nœuds) sur l’échelle de Beaufort.

Enfin, il a été informé de la rédaction du contrat de co-production entre Arkaeos (sur mandat de l’AMU) et Marseille-Provence 2013, pour la réalisation et le financement des navigations du Gyptis.

Mise en place de la préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)
Mise en place de la préceinte (© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU)

Le Comité de pilotage, constitué des représentants des partenaires de la convention Prôtis (AMU, CNRS, PACA, MPM) s’est tenu en fin de matinée du vendredi 13 septembre au siège de l’Université d’Aix-Marseille au Pharo. Après avoir pris connaissance de l’état des travaux et du calendrier prévisionnel et sur avis favorable du comité scientifique et technique, il s’est prononcé pour la bonne réception des travaux effectués et la mise en place de la tranche de financement correspondante.

Episode 4 – Les débuts de la construction

accrocheFilm4DebutsConstructionLa construction du Gyptis commence par la mise en place de la quille. Les techniques et gestes, mis au point pendant la phase d’expérimentation, sur lesquels s’appuient les charpentiers de marine, sont cependant mis à mal : la construction en bordé premier présente une difficulté pour les charpentiers de marine, tant l’ajustage des virures est délicat. Mais leur savoir faire permet de donner une explication à certains trous dans les bordages bloqués par des chevilles, repérés sur l’épave mais auxquels l’archéologie n’avait pas su donner d’explication. Le travail de couture des ligatures une fois terminé, le contrôle des formes, indispensable pour rester fidèle aux données restituées par l’épave, révèle une légère assymétrie. Celle-ci devra être corrigée plus tard. Enfin, la pose des varangues dans le fond de la carène consolide la forme, prête à accueillir les bordés supérieurs.

Film de 13 »15

 

 

Pour citer ce film :

  • Projet Prôtis, 4. Les débuts de la construction. Réalisation Antoine CHENE pour ORAC Vidéo ; sous la dir. de Patrice POMEY. Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, juil. 2013.  Vidéo numérique format mov (13 min, 5 sec). [En ligne], mis en ligne le 12 novembre 2013, consulté le [VOTRE DATE DE CONSULTATION]. URL : http://protis.hypotheses.org/1294

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

Une étape importante de la construction

20133456
Le chantier en pleine effercescence.

Avec l’achèvement du fond de carène une étape importante vient d’être franchie dans la construction du Gyptis. Après la pose des trois premières virures sur la charpente axiale, cette étape a conduit au contrôle des formes de la carène pour en vérifier la symétrie et corriger au besoin la géométrie des virures suivantes.

CCJ_0137108
Mise en place de la charpente axiale.

Pour en arriver là, la construction du bateau a débuté le 25 mars 2013 par la réalisation et la mise en place de la charpente axiale qui n’a pas posé de problème particulier. Puis, les bois nécessaires à la confection des trois premières virures ont été sélectionnés parmi la masse de bois disponible, stockée sur le terrain de la Marine Nationale, face au chantier naval Borg.

 

projet Protis, galbords
L’étuvage.

L’ajustage précis des trois premières virures a cependant rencontré des difficultés en raison du  ployage et du vrillage de leur extrémité. Il fallu pour cela recourir à l’étuvage pour ployer les bordages, puis à la flamme pour les ajuster. La plus grande difficulté fut atteinte au niveau des ribords (2e virures) dont l’ajustage des têtes dans les râblures s’est révélé particulièrement délicat. On atteint ici les limites du ployage des bois et il a fallu procéder à une succession de petits ajustages.

CCJ_0137019
Ligaturage entre la charpente axiale et les galbords
20133448
Stagiaire du lycée professionnel Poinso-Chapuis.

Une autre difficulté fut rencontrée au niveau du ligaturage entre la charpente axiale et les galbords qui s’est révélé relativement long et difficile en raison de la présence des joues de la quille empêchant l’utilisation d’une simple aiguille. Ce travail a bénéficié de l’aide de 3 stagiaires du lycée professionnel Poinso-Chapuis (Marseilleveyre). Le travail de ligature des virures suivantes s’est révélé beaucoup plus facile et a pu être effectué à l’aide d’une simple aiguille. Plusieurs étudiants de l’Université d’Aix-Marseille ont été affectés à la réalisation de ces ligatures.

L’ajustage des 3èmes virures s’est accompagné d’une légère ouverture des formes d’extrémité. Ce décalage, plus marqué à tribord qu’à bâbord, résulte vraisemblablement des différents ajustages ayant entraînés une succession de petits décalages. Néanmoins, cette légère ouverture des formes d’extrémités ne devrait pas beaucoup modifier la tenue à la mer du bateau.

20133554
La 3ème virure est entièrement en place.

Cette légère asymétrie de coque conduit cependant à rectifier et à retracer les virures supérieures et pour cela il a été nécessaire d’effectuer un relevé précis du fond de carène par relevé scanner. On notera que cette phase de contrôle de la carène, correspondant à la fin de la phase de réalisation des fonds, a pu être mise en évidence sur l’épave grecque archaïque Jules-Verne 9.

 

projet Protis, gabarits, membrures
Choix des bois pour les varangues par Pierre.

Parallèlement à ce travail, 7 varangues de fond sur 9 ont été réalisées avec les pièces de bois courbe provenant de la commune des Pennes-Mirabeau en vue de la consolidation des fonds et avant de procéder à la reprise de la suite du montage du bordé.

20133560
La 1ère varangue est installée.

 

À l’issue de cette étape, le 25 juin dernier, a eu lieu une réunion du Comité scientifique et technique qui a approuvé les travaux effectués et pris acte du calendrier prévisionnel. Selon ce dernier, il apparaît qu’en raison des problèmes rencontrés, le retard initial pris dans la mise en chantier ne pourra pas être comblé. Aussi, le lancement du bateau devrait intervenir entre le début et la mi-octobre.

patrice pomey

Directeur de recherche émérite CNRS; Ancien directeur du Centre Camille Jullian, Archéologie Méditerranéenne et Africaine, (UMR 6573), (Université de Provence - CNRS); Ancien directeur des Recherches Archéologiques Sous-Marines (Ministère de La Culture); Domaine recherche : archéologie navale et maritime; archéologie sous-marine; histoire des techniques; patrimoine maritime.

More Posts

Episode 3 – Des vestiges au plan de construction

Comment, à partir des données recueillies pendant des fouilles, les archéologues ont-ils pu donner aux charpentiers de marine les éléments leur permettant finalement de construire le bateau ? La réponse dans ce 3e opus vidéo.

 

 

 

Pour citer ce film :

  • Projet Prôtis, 3. Des vestiges à la construction. Réalisation Antoine CHENE pour ORAC Vidéo ; sous la dir. de Patrice POMEY. Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, juin 2013.  Vidéo numérique format mov (9 min, 51 sec). [En ligne], mis en ligne le 28 juin 2013, consulté le [VOTRE DATE DE CONSULTATION]. URL : http://protis.hypotheses.org/1054

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

Charpentiers de marine : mode d’emploi

20133453

Breton élevé au Havre, Thierry Garval débarque à Marseille après l’armée et trouve du travail à la SMCM comme menuisier.  Passionné par les bateaux de bois, c’est avant 30 ans qu’il s’offre un «mourre de pouar»,  le bateau traditionnel  du pêcheur marseillais. Très jeune, il s’associe au fameux club nautique de l’Estaque : «Leïl Pescadou de l’Estaco» qui restaure des bateaux traditionnels à voile latine tel le Monté Cristo.

Mais c’est en Bretagne, à Saint Goustan dans le Morbihan qu’il part se former à la charpenterie de marine, pour revenir sur Marseille faire son stage au chantier Borg. Cela fait maintenant plus de 20 ans qu’il y travaille.

Bien que rompu aux techniques de la construction traditionnelle,  il s’étonne des pratiques inattendues  appliquées sur Gyptis : les coutures et leur solidité, la précision du tracé de d’exécution.  Et il apprécie particulièrement ce travail d’équipe riche de partage d’idées.

 

 

20133451

Amoureux des bateaux de bois et bon navigateur, à 30 ans José Cano, marseillais, décide de se former à la charpenterie navale et c’est au Lycée  professionnel des métiers d’art et de nautisme, le lycée Poinso Chapuis qu’il apprend les rouages de la profession. Il laisse derrière lui son métier de  mécanicien et technicien en matière composite, mais ce savoir-faire lui est précieux dans sa nouvelle voie.

Bateaux de pêche, yachts, voiliers de bois, barquettes et bettes (bateau de Marseille à fond plat) sont son lot quotidien. Et cela ne lui suffit pas, en 1978,  il  décide de construire son voilier « Le Lézard » un bateau de régate construit par le  peintre Gustave Caillebotte en 1891.

Sa place était toute trouvée dans le Projet Protis.  « Travailler avec des archéologues, retrouver et appliquer des méthodes de travail ancestrales est une expérience unique ».

 

 

projet Protis, tétraèdres, tracésAux alentours de la quarantaine, Pierre Jacot-des-Combes, marseillais, décide de changer de vie. De concepteur de lumière, il décide de devenir charpentier marin.

Après un CAP de  menuisier d’agencement qui lui permet d’acquérir de l’expérience dans le bois, il rejoint les « Ateliers de l’Enfer », à Douarnenez, pour commencer son apprentissage de charpentier naval. Il se forme ainsi aux techniques de la charpente traditionnelle et moderne et reste parfaire sa formation en travaillant dans un chantier naval de Bretagne.

Cela fait maintenant une dizaine d’années que Pierre a retrouvé la Méditerranée et travaille  dans les chantiers sur Marseille et sa région.

Pour lui, construire  une réplique navigante telle que Gyptis est une belle opportunité pour aller plus loin dans ses connaissances sur la construction navale traditionnelle.

 

 

20133468Nabil Mérabet aime les voyages. A 20 ans,  ce nancéien décide de prendre le large. Il part une année sur la Transat des Alizés, embarqué en bateau-stop sur un voilier «à la rencontre du monde».  Il apprend le matelotage, la cuisine, les réparations du bateau,  et la vie en collectivité. Il revient, piqué par le virus de la mer et décide de reprendre ses études.

De retour sur Nancy, il passe un CAP de menuisier-ébéniste et travaille pour acquérir l’expérience du bois. C’est à 26 ans qu’il décide de se former à la charpenterie de marine à Rochefort, ville de  l’«Hermione», la frégate de La Fayette.

Il fait ses armes  au Chantier Jean Claude Paraveau, à Marennes, architecte connu dans la restauration des vieux gréements. Et quelques années plus tard,  il descend sur La Ciotat  travailler au chantier H2X de Sébastien Grall,  connu pour ses belles innovations.

«Protis, c’est se mettre dans la peau d’un charpentier grec, c’est comprendre des techniques d’assemblage sans clous ni vis…»

Prôtis, au fil des jours

 

PROJET PRÔTIS

 

Loïc Damelet, Christine Durand et Philippe Groscaux, nos trois photographes  alimentent régulièrement la Galerie « Projet Prôtis » de la photothèque du Centre Camille Jullian (dossier « Prôtis, au fil des jours« ).

 

Apports et résultats de l’expérimentation

CCJ_0142887
Mise en place du galbord. © Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU

Cette expérimentation a porté sur une portion de 6 m de la charpente axiale et sur des éléments d’environ 4,5 m des deux premières virures du bordé (galbord et ribord).

La charpente axiale

CCJ_0137108
Assemblage de la charpente axiale. © L. Damelet, CCJ-CNRS/AMU
CCJ_0137039
L’étrave, le brion et la quille. © L. Damelet, CCJ-CNRS/AMU

L’expérimentation a commencé par le façonnage des éléments de la charpente axiale sélectionnés précédemment (voir l’article « La sélection des bois pour la charpente axiale« ).La réalisation des écarts a révélé leur grande résistance avant même la mise en place des clefs de blocage et leur vérouillage.

A la suite de l’assemblage des éléments (quille, brion, étrave) la charpente axiale a été dressée et mise en place.


CCJ_0137207
Sélection des bois. © Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU

Le bordé

Dans un même temps, les pièces de bois nécessaires à la réalisation des éléments de virure du bordé (galbord et ribord) pour l’expérimentation ont été sélectionnées et pré-débitées.

Leur débitage a été effectué à partir du plan de bordé développé réalisé par modélisation 3D. Cette méthode s’est révélée précise et efficace et a permis de respecter le principe de construction bordé premier tout en respectant les contraintes de forme imposées par la construction d’une réplique.

Une fois débité, le galbord a été étuvé puis ajusté à la flamme afin de faciliter son ployage et sa mise en forme. Un chalumeau a été utilisé à cette fin pour éviter de préparer un foyer in situ (problème de sécurité et gain de temps).

Sans titre-1

Etuvage du galbord puis ajustement de cette pièce au chalumeau. © Ph. Groscaux, CCJ- CNRS/AMU

La réalisation des éléments d’assemblage du galbord sur la quille (chevilles de pré-assemblage, percements des canaux obliques, taille des tétraèdres) et de l’ensemble de la pièce s’est révélée satisfaisante.

Cependant, compte-tenu du phénomène de facettage du bordé particulièrement sensible dans les fonds, la longueur des chevilles de pré-assemblage a dû être réduite en raison d’un risque de percement de la coque. Elles pourront retrouver leur longueur, observée sur les vestiges, lors de la mise en place des virures dans les parties plus hautes du bateau.

projet Protis, pointes, galbords
La longueur des chevilles de pré-assemblage a été réduite. © Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU

La mise en place du ribord a révélé un problème dans le façonnage de la râblure qui n’existe qu’à partir de ce niveau. Grâce à l’expérimentation, une solution a pu être trouvée qui se révèle en adéquation avec les observations réalisés sur les vestiges qui, à l’époque, n’avaient pu être correctement interprétées.

CCJ_0137136
La râblure sur l’étrave. © L. Damelet, CCJ-CNRS/AMU

 

 

 

 

 

 

 

 

L’assemblage par ligatures

L’expérimentation a également permis de tester et de valider les méthodes de marquage, de perçage des canaux de ligatures et de réalisation des tétraèdres.

Des abaques ont été fabriquées pour guider le marquage. Celui-ci a été fait avec une pointe sèche dans un premier temps. Puis, les tracés ont été réalisés au stylo de différentes couleurs pour distinguer les différents percements et ainsi éviter toute erreur. Le procédé est aussi plus rapide.

Une cale a également été réalisée, à l’initiative des charpentiers de marine, pour guider la mèche de percement des canaux obliques et obtenir une bonne précision de l’angle d’incidence.

2

 

 Méthode de perçage des canaux de ligatures et évidements des tétraèdes. © Ph. Groscaux, CCJ-CNRS:AMU

Les tétraèdres de la charpente axiale ont été réalisés avec plusieurs types de ciseaux. En fin de compte, le ciseau à pointe triangulaire s’est révélé le plus efficace et c’est donc celui-ci qui sera utilisé lors de la construction.

Des essais de ligaturage ont permis de valider le mode de passage de la cordelette de lin et de vérifier si les matériaux utilisés – notamment le tissus d’étanchéité – sont bien adaptés. Les résultats sont concluants et pourront être réévalués au cours de la vie du bateau en fonction de son utilisation.

Le temps de réalisation des ligatures s’est, en revanche, révélé assez long. Le principe initial d’un triple passage des ligatures a été modifié. Ces dernières sont maintenant réalisées avec deux passages, le premier étant effectué en double et le second en simple. Outre un important gain de temps, les ligatures gagnent en régularité.

Essai de ligatures
Essai de ligatures. © L. Damelet, CCJ-CNRS/AMU

Conclusion

L’expérimentation a permis de tester et de valider le processus opératoire et les techniques utilisées (débitage, façonnage des pièces, mise en forme, pré-assemblage et assemblage, marquage, percement des canaux et réalisation des évidement tétraédriques, ligatures), dans le cadre d’une conception et d’une construction du bateau sur bordé premier.

La mise en place de la charpente axiale, du galbord et du ribord  lors de l’expérimentation a permis d’aborder et de résoudre l’ensemble des problèmes pouvant se poser lors de la construction du Gyptis.

Le recours à des expérimentations préalables à grande échelle conduit à un gain de temps considérable dans la construction proprement dite du navire grâce au retour d’expérience permettant de valider et de se familiariser avec les procédures.

Episode 2 – Les expérimentations

accrocheFilmExpérimentation

Deux ans après la première vidéo montrant la sélection et l’abattage des arbres en vue de la construction des bateaux, A. Chené reprend sa caméra. Il nous livre 9 minutes sur les expérimentations. Phase préalable à la construction du navire Gyptis, elle a permis d’acquérir les gestes, d’identifier les outils et les techniques qui vont permettre de se lancer dans la construction.

 

 

Pour citer ce film :

  • Projet Prôtis, 2. Les expérimentations. Réalisation Antoine CHENE pour ORAC Vidéo ; sous la dir. de Patrice POMEY. Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, avril 2013.  Vidéo numérique format mov (9 min, 38 sec). [En ligne], mis en ligne le 2 mai 2013, consulté le [VOTRE DATE DE CONSULTATION]. URL : http://protis.hypotheses.org/698

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website