Dossier de presse

Dossier de Presse juin 2013

Télécharger le Dossier de presse (en basse définition  4,2Mo ou haute définition 85 Mo)

SOMMAIRE

I. Présentation ………………………………………………….. 5
II. Montage du projet ………………………………………. 52
III. Présentation des partenaires ………………………. 74
IV. Espace presse …………………………………………….. 91

LE PROJET PRÔTIS

Il y a 2 600 ans, Prôtis et ses compagnons, après avoir longuement parcouru les mers depuis Phocée, en Asie   mineure, mouillaient leurs navires dans les eaux abritées du Lacydon. Du mariage de Prôtis avec Gyptis, la fille du roi local des Ségobriges, Nannus, allaient naître Massalia, la cité phocéenne, la plus ancienne ville de France.Fondée par des hommes venus de la mer, Marseille affirmera tout au long de son histoire sa vocation maritime. La mer est son territoire et sa destinée : c’est de la mer qu’elle tire ses richesses et c’est sur elle qu’elle fonde sa réputation, comme le soulignaient déjà, dans l’Antiquité, Hérodote (I, 163-167) et Strabon (IV, 1,5).

2 600 ans plus tard, les fouilles archéologiques de la place Jules-Verne faisaient revivre ce passé maritime le plus ancien en mettant au jour, au milieu des vestiges du port antique, les épaves des navires des petits fils de Prôtis et Gyptis. On y trouve, symboliquement, un petit voilier de commerce qui fut l’instrument de l’expansion maritime de Marseille et de son commerce maritime et une grande barque côtière utilisée pour la pêche au corail.

2 600 ans plus tard, l’équipe d’archéologie navale du Centre Camille Jullian (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-Marseille Université – CNRS), chargée de la fouille et de l’étude des épaves, conçoit un projet ambitieux : faire revivre et naviguer à nouveau un de ces bateaux construits au VIe s. av. J.-C. par les descendants des premiers colons phocéens.

Plus qu’une simple reconstruction « à l’identique », c’est un véritable projet d’archéologie expérimentale, fondé sur des bases scientifiques rigoureuses, qui est proposé. Grâce au concours financier de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la communauté urbaine Marseille-Provence Métropole, et en liaison avec le chantier traditionnel de construction navale Borg à Marseille et l’association Arkaeos, l’équipe du Centre Camille Jullian se lance dans la construction de la réplique navigante de la grande barque côtière, baptisée Gyptis, selon les procédés et les techniques de construction en usage à l’époque et en retrouvant les gestes et les savoir faire des compagnons de Prôtis.

Mais pour que l’expérience soit complète, le projet prévoit aussi des navigations expérimentales au plus proche des conditions antiques afin de mieux connaître et d’évaluer les qualités nautiques de ces navires phocéens qui ont fait la réputation de Marseille sur mer. Remontant 2 600 ans d’histoire, la navigation du Gyptis le long des côtes de Provence à partir de Massalia se placera dans le sillage des navires de Prôtis.

2 600 ans après sa fondation, Marseille a l’opportunité d’honorer son titre de « Capitale Européenne de la Culture 2013 » en construisant et en faisant naviguer la réplique authentique d’un navire phocéen, pour renouer avec son patrimoine maritime fondateur.

Patrice Pomey,
Directeur de recherche émérite au CNRS,
Responsable du projet Prôtis

 


Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

Publié par

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *