Mise à l’eau du Gyptis. L’allocution de M. Patrice Pomey, Directeur du Projet Prôtis

© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU
© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU

Monsieur le Chargé de mission, représentant de Marseille-Provence 2013, M. le vice-Président de l’Université, Mme la Directrice-adjointe de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, M. le Délégué régional du CNRS, M. le vice-Président de la Région PACA, M. le Député-maire du 1er secteur, M. le Président de la Cu MPM,  Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Il y a 2 600 ans, une grande barque côtière massaliote était lancée à la mer depuis les rivages du Lacydon. Bien que de fondation récente, la jeune cité phocéenne possédait déjà des chantiers navals réputés pour l’habilité de leur charpentier et la sophistication de leur système d’assemblage par ligatures.

2 600 ans plus tard, sa réplique navigante, baptisée Gyptis, en l’honneur de la princesse ségobrige, épouse de Prôtis chef de l’expédition grecque, est à son tour lancée dans les eaux du Lacydon.

Par ce geste unique et exceptionnel, Marseille renoue avec son passé maritime le plus ancien et remonte aux origines même de la cité phocéenne. Elle revit les épousailles de Prôtis et de Gyptis et l’alliance de la terre avec la mer qui marquera son destin.

Mais pour en arriver là, il aura fallu exactement 20 ans, depuis ce jour de juillet 1993 qui vit la découverte des épaves grecques de la place Jules-Verne, aujourd’hui au Musée d’Histoire de Marseille, et ce jour d’octobre 2013 qui voit le lancement de la réplique de l’épave Jules-Verne 9 : 7 ans furent consacrés à la fouille, à l’étude et à la restitution des épaves et 6 autres furent nécessaires pour monter ce projet d’archéologie expérimentale et de diffusion de la culture scientifique dans le cadre de Marseille-Provence, Capitale Européenne de la Culture 2013 jusqu’à ce jour de la Fête de la Science au relief particulier dans ce cadre de l’année de la Culture.

Aussi, il m’est un devoir agréable de remercier tous ceux qui ont permis de réaliser ce projet, ce rêve, un peu fou.

Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU
© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU

 

En premier lieu, le Centre Camille Jullian. Pendants toutes ces années, ce laboratoire d’archéologie méditerranéenne fut le creuset où s’élabora jour après jour le projet depuis la fouille jusqu’à la réplique navigante.

Ses tutelles ensuite, l’Université d’Aix-Marseille et le CNRS, pour lui avoir donner les moyens de ses recherches – tout en espérant que l’archéologie navale puisse rester aussi active à l’avenir – et pour avoir soutenu ce projet pour le moins inhabituel.

A cet égard, je tiens à remercier tout particulièrement l’Université et son vice-Président du Conseil Scientifique, M. Denis Bertin, pour avoir accepté d’assurer la maîtrise d’ouvrage du projet Prôtis.

Mais un tel projet n’existerait pas sans d’importants soutiens financiers et ma gratitude va tout d’abord à la Région Provence, Alpes, Côte d’Azur et à son Président M. Michel Vauzelle qui ont assuré la plus grande part des financements et, en particulier, à Bernard Morel, conseiller régional et vice-Président de la région en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui fut dès l’origine le plus ardent défenseur du projet.

Je n’oublie pas non plus M. Patrick Mennucci, Député-maire du 1er secteur, qui aida à la naissance du projet alors qu’il était vice-Président du Conseil régional chargé de la mer puis de la culture.

Mes remerciements vont aussi à la Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, et à son Président M. Eugène Caselli, qui fut à côté de la région un des principaux financeurs de l’opération. Nous lui devons aussi le local de construction et son aide pour la mise à l’eau du bateau.

Enfin, je remercie l’association Marseille-Provence, capitale européenne de la Culture 2013, et ses directeurs Mrs Latarjet et Chougnet, pour avoir cru en ce projet dès l’acte de candidature et rejoint les financeurs en assurant, à partir de ce jour, la co-production des navigations du Gyptis.

Aux remerciements de tous ces partenaires institutionnels, je tiens à associer les personnels des services administratifs et techniques auprès de qui j’ai toujours trouvé aide, appui et conseil et qui furent les artisans de la réussite de ce projet dont la nature particulière et inhabituelle ne garantissait pas à l’origine le succès.

Outre ces partenariats, la réalisation du projet a nécessité de très nombreux concours et je tiens à remercier pour leur aide et leur soutien :

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et l’Institut méditerranéen d’études avancées (aide au développement du projet), l’Office national des Forêts (choix des forêts d’approvisionnement), la municipalité de Gémenos (bois des bordés de la coque) et celle des Pennes-Mirabeau (bois des membrures) pour les approvisionnements en bois, la Marine nationale (terrain de stockage des bois) et le Club Nautique et Touristique du Lacydon qui a accepté d’héberger le navire pendant sa période de navigation et l’association « Vogue Massalia » pour son aide logistique pour le lancement du bateau.

Mais encore faut-il une équipe pour passer de la conception à la réalisation et je tiens, en ce jour du lancement, à rendre un hommage particulier à toute l’équipe du projet Prôtis qui n’a ménagé ni son temps ni sa peine pour le faire aboutir.

©Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU
© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU

Cette équipe est le résultat d’une improbable osmose parfaitement réussie entre les personnels CNRS du Centre Camille Jullian, – et je remercie ici sa Directrice Mme M.-B. Carre – ceux de l’Association Arkaeos mandatée pour une mission de gestion et de coordination – dont je remercie les présidentes Mmes Souen Fontaine puis Sandra Greck qui nous ont toujours fait confiance même dans les moments difficiles – et les charpentiers du chantier naval Borg dirigé par Denis Borg, sans oublier son père fondateur Michel.

Parmi eux je voudrais remercier tout d’abord Michel Rival et Robert Roman qui m’ont accompagné dès le premier jour, lors de la fouille des épaves en 1993 et jusqu’aux restitutions finales. On leur doit, notamment, les plans si élégants du bateau.

Sabrina Marlier-Sabouraud, ensuite, qui dans le cadre d’un contrat post-doc du CNRS au CCJ, m’a aidé à monter le projet et à établir le cahier des charges. Elle fut aussi la première coordinatrice du projet. On lui doit notamment les approvisionnements en bois, avec les conseils éclairés de Frédéric Guibal, dendrologue et chercheur à l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (AMU-CNRS).

Je voudrais aussi remercier Charles Arnulf qui a assuré la gestion du projet avec un inébranlable  optimisme et Cristel Lanata qui a géré nos crédits au niveau du Centre Camille Jullian.

Lucile Delavault qui s’est chargé, sans souci, du secrétariat et Blandine Nouvel de la communication.

Les photographes du Centre Camille Jullian, Christine Durand, Loïc Damelet et Philippe Groscaux qui se sont relayés pour assurer la couverture photographique de l’opération et Bruno Baudoin de la photothèque qui a enregistré des milliers de photos.

Antoine Chéné qui filme avec dextérité les opérations depuis le début et en effectue les montages vidéos.

Et notre équipe de médiateur, Anjelika, Catherine et Vincent qui assurent le suivi pédagogique du projet et font visiter le chantier sans relâche aux écoliers et aux groupes de Marseillais.

Je tiens aussi à remercier tous les membres du Comité scientifique et technique et du Comité de suivi des opérations pour leur soutien attentif et leurs avis pertinents.

Mais s’il a fallu vingt ans entre la découverte de l’épave grecque de la place Jules-Verne et le lancement de sa réplique navigante, il n’aura fallu que 8,5 mois, si l’on compte les premières expérimentations, et en fait que 6,5 mois pour la construction du bateau proprement dite.

Cela a représenté pas moins de 4800 heures de travail de charpentiers auxquels s’ajoutent env. 2000 h de travail bénévole. Et il aura fallu réaliser pas moins de 10 000 points d’assemblage et près de 5 km de ligatures. Ce qui est un véritable exploit.

Et cet exploit, on le doit avant tout à l’équipe des charpentiers, Thierry Garval, José Cano, Pierre Jacquot-Descombes, Nabil Merabet et Sammy Bertoliatti mais aussi et surtout à Pierre Poveda, qui a assuré avec un total engagement, compétence et efficacité, et sans se départir de son humeur égal, la coordination de la construction.

© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU
© Ph. Groscaux, CCJ-CNRS/AMU

Et je tiens à leur associer les nombreux bénévoles, étudiants et amis, qui avec patience ont consacré leur temps à faire de la couture sur bois.

Grâce à eux, grâce à leur habilité, il a été possible de renouer avec les gestes et les savoir-faire des charpentiers navals massaliotes du VIe siècle avant J.-C. pour réaliser selon les procédés et les techniques de l’époque cette admirable réplique navigante décorée avec soin, par Julien Solé et Monique Pomey, de ses yeux protecteur qui en font une véritable divinité marine.

Il me reste à lui souhaiter bon vent et à espérer que la monnaie votive à l’effigie d’Homère placée sous le pied du mât lui porte bonne fortune.

© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU
© Ch. Durand, CCJ-CNRS/AMU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *