Jour J, la mise à l’eau

bateau-papierC’est cet après midi, peu après 17h, devant le public qui s’annonce nombreux et les personnalités représentant nos partenaires institutionnels, que le Gyptis embrassera la Méditerranée à la cale de mise à l’eau du quai Marcel Pagnol. L’événement marque un tournant dans la vie du projet Prôtis : c’est l’aboutissement de plusieurs mois de travail acharné, c’est aussi la promesse de belles navigations, à Marseille et sur la côte provençale.

Il aura fallu 20 ans entre la mise au jour de l’épave, très archéologiquement baptisée Jules-Verne 9, et la mise à l’eau de sa réplique, plus joliment appelée Gyptis. Quinze ans d’étude d’archéologie navale, des centaines de plans et de dessins, plusieurs maquettes et modèles d’étude. Plus de dix années pour monter un projet d’expérimentation unique en France, des aller-retours entre les services administratifs de nos institutions pour que la convention de partenariat soit enfin viable, pour que les financements acceptés soient disponibles, pour que les conditions matérielles de réalisation soient réunies.

Il aura fallu des arbres, chênes et pins des forêts de Cadarache et de Gémenos, abattus, sciés. Les planches entreposées de longs mois enfin redécoupées, pliées, vrillées et ployées à l’étuve pour que la coque prenne forme. Ou réduits à des chevilles, si nombreuses, qui bloquent les centaines de mètres de ligatures végétales de ces bordés ainsi assemblés et liés, enfin solidaires. Des litres d’encaustique pour assurer aussi leur part l’étanchéité, les litres de peinture pour donner au Gyptis ses habits de cérémonie.

Il aura fallu surtout la foi, l’obstination des archéologues pour penser le projet et le conduire là, contre le scepticisme de certains mais avec l’appui indéfectible d’autres. L’implication de tous les membres de l’équipe, ceux du début et ceux qui sont restés, chacun selon ses compétences et ses missions. La maîtrise des charpentiers Borg qui ont joué de leur savoir-faire et qui ont appris aussi. La participation des « petites mains », étudiants et anonymes, qui ont donné de leur temps pour coudre pendant des heures. La direction de Pierre au chantier, celle de Patrice dans les offices et en chef d’orchestre, la rigueur tranquille de Charles qui veille à tout, l’aide quotidienne de Lucile. Les photographes, toujours prêts, qui nous donnent à voir de si belles images.

Et voilà, aujourd’hui est un grand jour ! Le Gyptis quitte son berceau. Il sera accueilli cette nuit par le CNTL et demain, visible au Quai d’honneur du Vieux-Port, devant la Mairie de Marseille. Il rejoindra ensuite le chantier pour quelques finitions et préparation du gréement. Puis il entamera ses premières sorties en mer. Et la suite sera une autre aventure…

 


Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

More Posts - Website

Publié par

Blandine Nouvel

Ingénieure de recherche CNRS, responsable de ressources documentaires et chargée de la valorisation de l'IST au Centre Camille Jullian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *